Devenez relais de l’optimisme

Il est établi que positiver est contagieux. Notre entrain diffuse. C’est le sens de la page que j’anime sur FaceBook. Dans le même ordre d’idée, il n’est pas contestable que les médias, même si c’est pour se donner bonne conscience, en multipliant les sujets, dossiers et reportages, développent les informations sur l’optimisme.

Il reste néanmoins une chape de plomb qui ne porte pas sur les bienfaits de l’optimisme sur notre santé – il me semble que cela ne soit plus contestable- mais sur la façon de l’assumer concrètement et complètement.

On reste beaucoup sur cette idée qu’il faut vivre le bonheur d’une façon cachée, de redouter qu’un optimisme trop assumé porte malheur. Certains patrons peuvent craindre, en affichant trop leur confiance en l’avenir, que les salariés viennent leur demander des augmentations. Les politiques hésitent à positiver pour ne pas paraître trop déconnectés des électeurs très défiants. C’est l’histoire du chat qui se mord la queue. Car, pendant ce temps, le climat général ne s’arrange pas avec ses effets délétères sur la consommation et la croissance. C’est à nous tous de donner l’exemple.

Il m’apparaît, en effet, que beaucoup d’optimistes ne s’affichent pas vraiment, n’assurent pas sérieusement la promotion de leurs convictions. Pour les mêmes raisons celles qui viennent d’être évoquées… ou pour garder l’optimisme pour eux.

Construire un avenir optimiste, une société positive appelle une mobilisation beaucoup plus intense. Cela  commence par la constitution d’une avant-garde de décideurs mettant leur notoriété, leur légitimité au service de la cause. Elle se poursuit avec la mobilisation de relais, partout sur le terrain. La bonne stratégie est d’allier la puissance du message des décideurs relayé par les médias à la proximité d’un réseau sur le terrain. Cette dernière dimension est capitale. Selon la théorie du jeu de go : qui tient les bords finit par investir le centre.  Vous l’avez compris, vous êtes directement concerné.

Les pessimistes ne peuvent pas gagner un combat qu’ils ne livrent pas se contentant de compter sur notre légendaire défiance. Les optimistes ne peuvent vraiment être efficaces qu’en se mobilisant individuellement et en se mettant en réseau.

Chaque jour, vous devez être exemplaire, tourner définitivement le dos à la mauvaise humeur, diffuser bonnes nouvelles et conseils. En direct, sur FaceBook, les blogs. Avec un bon argumentaire issu de vos lectures et conversations.

L’optimisme à besoin de vous.

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.