Entretien avec Didier Leschi, directeur général de l’Office Français de l’immigration et de l’intégration

Selon l’adage, « le monde sourit à ceux qui se lèvent tôt », rencontres matinales avec nos dirigeants.

Entretien avec Didier Leschi, directeur général de l’OFII – l’Office Français de l’immigration et de l’intégration

 

L’Office Français de l’Immigration et de l’intégration est un établissement public qui relève du Ministère de l’intérieur. Trois missions : Accueil des migrants légaux (environ 160 000 à 200 000 personnes par an). Accueil des demandeurs d’asile (environ 110 000 personnes). Aide au retour volontaire (Environ 5000 personnes par an)

Le matin représente quoi pour vous ?

J’aime beaucoup le matin, il y a quelque chose de l’ordre du renouveau de la vie ! Mais mon rapport au matin dépend des saisons aussi. En ce moment il fait beau, donc quand le jour se lève, il y a du soleil et de la joie. L’hiver je trouve ça un peu plus dur. Mais j’aime ce que j’ai fait, alors je me lève content. Je me sens d’autant plus content que le monde est dur. Quand je me lève je fais des choses pour moi pendant une heure, j’écoute la radio, je lis … ce matin, par exemple, j’ai lu un extrait des « Chemins de la liberté » de Jean-Paul Sartre, trilogie que j’avais envie de relire, parce que c’est un roman sur les années 30 sur l’avant-guerre et sur l’engagement. L’engagement est très important pour moi, et pour arriver à retrouver les ressources de l’engagement relire Sartre est très nourrissant !

C’est quoi votre driver ?

Classiquement, je dirais les idées de liberté fraternité et d’émancipation. C’est-à-dire le fait que les sociétés humaines n’ont de sens que si elles permettent à chacun d’être émancipé et libre.

Quel est votre crédo de management ?

Le respect. J’aime être très attentif à mes subordonnés en particulier, et aux autres en général. Je fais un travail social et je crois profondément que c’est important dans des périodes très dures comme la nôtre, de maintenir une administration qui soit sensible à la détresse des autres. C’est notre établissement qui s’est occupé, par exemple, de la logistique des personnes mises à l’abri qui étaient à Calais, celles qui étaient dans les campements parisiens aussi … Je me sens responsable d’une politique publique à mener. Avec respect.

Pour #SeLeverDeBonheur, vous pouvez me suivre régulièrement sur la page Facebook et la chaine Youtube “La Magie du Matin”, Editions Leduc

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici