Droit de retrait(e)

On dit souvent des médias qu’ils traitent plus volontiers des trains qui arrivent en retard que de ceux qui arrivent à l’heure. C’est sans compter l’attention qu’ils portent à ceux qui…ne partent pas du tout. Le droit de retrait invoqué par les agents SNCF a largement alimenté les chroniques de ces dernières semaines ; elles soulignaient en creux les rémanences des craintes salariales sur leur… droit à la retraite.

Interrogés sur le système actuel de retraite, 80% des chefs d’entreprise trouvent le dispositif difficile à comprendre. Mais au-delà de son manque de lisibilité et de transparence, les patrons considèrent qu’il n’est pas bénéfique pour leurs concitoyens. A peine un quart des répondants estime en effet qu’il est rassurant pour les salariés  et seuls 17% estiment qu’il est juste.
Pour la très grande majorité des patrons, le système de retraite a pris un coup de vieux : il n’est plus adapté à la réalité du marché du travail. Il représente même, pour un sur deux, un frein à la compétitivité. Cette proportion critique est encore plus élevée dans les secteurs de la construction et du commerce avec respectivement 63% et 58%.

Sondés également sur leur perception des priorités en matière de politique économique, le cœur des chefs d’entreprise balance. 39% d’entre eux s’accordent cependant à dire que le curseur est en ce moment plus favorable aux entreprises qu’aux ménages.
Les chefs d’entreprise sont en tout cas unanimes sur un point : le système de retraite doit être réformé, plus d’un sur deux appelant même à une révision en profondeur.
Alors qu’un projet de loi devrait être présenté à l’automne, le message aux pouvoirs publics est clair : sur ce chantier, il ne faut pas battre en retraite.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.