Grandes consultations

Je m’étais promis de ne pas faire de bilan 2018 de notre Grande consultation des entrepreneurs dans cette chronique.

Trop passéiste, un bilan ? Pourtant l’année écoulée a été si particulière quant à l’évolution de l’état d’esprit des entrepreneurs qu’elle mérite qu’on y revienne.

Elle a été ponctuée par des prévisions de croissance revues deux fois à la baisse, l’annonce de mesures protectionnistes par l’administration Trump, les incertitudes sur l’impact du Brexit.
Et plus près de notre quotidien, deux contestations sociales d’envergure, la grève SNCF et les actions des gilets jaunes.

Dans ce climat, le cœur des entrepreneurs a fait des bonds. Notre baromètre a ainsi oscillé entre records d’optimisme et de confiance dans l’avenir et décrochages marqués dans leurs projections. Derrière les mouvements d’ensemble, certains écarts entre grandes et petites entreprises mais aussi entre secteurs d’activités se sont également creusés. Écart est peut-être d’ailleurs un des mots qui, en filigrane, ont marqué l’an passé.

Et puis, après tout, de grande consultation, il en est plus que jamais question cette nouvelle année avec le grand débat national souhaité par le président de la République.

Invités par de nombreuses CCI, partout en France, dans les forums qu’elles organisent, les chefs d’entreprise y feront sans doute entendre leur voix de citoyens entrepreneurs.

En tout état de cause, interrogés en janvier dans la grande consultation (la nôtre !) sur ce qu’ils attendent prioritairement de ces temps d’échanges, ils sont plus d’un tiers* à souhaiter en voir sortir des propositions concrètes, de nature à permettre au pays de sortir de la crise et de renouer avec le cercle vertueux de la croissance et de la confiance.

Une nouvelle année pleine de bonnes… résolutions, en somme.

* résultats partiels de l’étude

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.