Au-dessus des normales saisonnières

Fin juin, le moral des entrepreneurs avait comme un air de météo des plages longtemps attendu : grand bleu et pas d’avis de tempête. Un vent d’optimisme soufflait chez 39% d’entre eux – bien loin de la dépression de début d’année – et 34% se disaient confiants. Cet état d’esprit en portait plus de la moitié à croire pour les 12 prochains mois en des perspectives économiques favorables au plan national et mondial (64%, avec un bond de 16 points). Les scores étaient même plus élevés dans le secteur de l’industrie en pleine embellie.

Sans doute les patrons étaient-ils confortés par la majorité obtenue par le président de la République aux législatives. Ils y voyaient une cohérence utile à son action. 77% déclaraient en effet que ce serait une bonne chose pour pouvoir mener une politique favorable aux entreprises ; presque autant (73%) considéraient que cette conjonction favoriserait la mise en œuvre de la réforme du droit du travail.

Le satisfecit des entrepreneurs se constatait également sur le droit à l’erreur en matière d’obligations sociales, première mesure concrète testée dans ses contours généraux. Le principe rassurait près des trois quarts des interrogés quant à leurs relations avec l’administration.

Pour autant, 54% craignaient que certaines entreprises n’en viennent à abuser de ce droit. Leur façon de montrer qu’ils n’avaient pas tous la tête dans les nuages ? En somme, même si la cote de popularité du Président restait cet été chez les entrepreneurs très au-dessus des « normales saisonnières » de l’opinion publique, il y avait peut-être là comme une incitation pour les pouvoirs publics à faire œuvre de pédagogie dès la rentrée.

Car, en septembre, si la brume reste en haut, il risquera de pleuvoir à seaux.

Béatrice Genoux
Planneur stratégique
CCI France

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.