Au-dessus des normales saisonnières

Fin juin, le moral des entrepreneurs avait comme un air de météo des plages longtemps attendu : grand bleu et pas d’avis de tempête. Un vent d’optimisme soufflait chez 39% d’entre eux – bien loin de la dépression de début d’année – et 34% se disaient confiants. Cet état d’esprit en portait plus de la moitié à croire pour les 12 prochains mois en des perspectives économiques favorables au plan national et mondial (64%, avec un bond de 16 points). Les scores étaient même plus élevés dans le secteur de l’industrie en pleine embellie.

Sans doute les patrons étaient-ils confortés par la majorité obtenue par le président de la République aux législatives. Ils y voyaient une cohérence utile à son action. 77% déclaraient en effet que ce serait une bonne chose pour pouvoir mener une politique favorable aux entreprises ; presque autant (73%) considéraient que cette conjonction favoriserait la mise en œuvre de la réforme du droit du travail.

Le satisfecit des entrepreneurs se constatait également sur le droit à l’erreur en matière d’obligations sociales, première mesure concrète testée dans ses contours généraux. Le principe rassurait près des trois quarts des interrogés quant à leurs relations avec l’administration.

Pour autant, 54% craignaient que certaines entreprises n’en viennent à abuser de ce droit. Leur façon de montrer qu’ils n’avaient pas tous la tête dans les nuages ? En somme, même si la cote de popularité du Président restait cet été chez les entrepreneurs très au-dessus des « normales saisonnières » de l’opinion publique, il y avait peut-être là comme une incitation pour les pouvoirs publics à faire œuvre de pédagogie dès la rentrée.

Car, en septembre, si la brume reste en haut, il risquera de pleuvoir à seaux.

Béatrice Genoux
Planneur stratégique
CCI France

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici