A la marge

Les sondeurs nous avaient prévenus : « leurs » intentions de vote pouvaient comporter des marges d’erreur. Des erreurs à la marge, reconnaissons-le, au soir du premier tour de la présidentielle.

Mais puisque nous parlons de marges, quid de celles des entreprises ?

Marges brutes, nettes, de manœuvre… Réalisée pendant la campagne, la Grande Consultation a montré en avril une hausse de 8 points par rapport à mars sur la confiance des entrepreneurs dans leur propre situation.

L’optimisme serait-il, comme le printemps, de retour ? Pas si sûr.

92% des chefs d’entreprise interrogés – et même 97% dans l’industrie – ont déclaré que la situation des entreprises n’avait pas été suffisamment abordée par les candidats. Un traitement marginal, en somme.

Faut-il voir dès lors un lien de cause à effet avec l’attentisme qui signe l’état d’esprit de 33% d’entre eux (une progression de 13 points) ?

Interrogés sur les mesures à prendre pendant les 100 premiers jours du nouveau quinquennat, ceux qui se considèrent comme les oubliés du débat ont donné de la voix. Plébiscitant à 64% la diminution de la fiscalité, moyen pour eux de retrouver des marges (on y revient !). Ils sont 30% à attendre une simplification des démarches administratives quand ils ne sont que 6% à considérer comme prioritaire le relèvement des seuils sociaux.

Alors, ces 100 jours deviendront-ils l’intervalle de confiance, soit l’autre nom donné par les sondeurs à… la marge d’erreur ?

Béatrice Genoux
Planneur stratégique
CCI France

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.