Numérique et impacts environnementaux

Incontestablement, le numérique et en premier lieu l’informatique ont beaucoup apporté en matière d’automatisation en ce qui concerne la gestion courante des organisations tant publiques que privées que ce soit dans le monde industriel, de la santé, de la finance, des assurances, sachant qu’en fait tous les secteurs sont désormais couverts. Mais il ne faudrait pas oublier pour autant le rôle de la mécanographie apparu à la fin du 19ième siècle bien avant les ordinateurs !

Cette automatisation a déjà réduit considérablement la main d’œuvre nécessaire à bon nombre de tâches et continue jour après jour, mais à quel prix vis-à-vis de l’environnement ? La productivité ne cesse d’augmenter dans tous les domaines, grâce, entre autres aux ordinateurs et aux robots mais qu’en est-il de l’empreinte carbone ?

L’informatique est a priori un des plus mauvais élèves en matière d’environnement et ne peut donc que s’améliorer en la matière mais est-ce réellement le cas ? Construits à partir de métaux lourds et rares, ayant des durées de vies relativement courtes voire très courtes, difficilement recyclables, tout cela fait de l’ordinateur et de ses dérivés des instruments finalement très peu recommandables en matière d’environnement.

A cela s’ajoute un phénomène de société lié à l’emploi de plus en plus intensif du numérique, au début réservé à un usage professionnel mais désormais devenu le compagnon indispensable de chacun. Le meilleur exemple en est le smartphone, aussi puissant sinon plus que les premiers ordinateurs et dont personne ne pourrait désormais se passer. Le monde du multimédia a également été profondément bousculé grâce ou à cause du numérique avec la possibilité de choisir son film à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Les réseaux sociaux qui sont à l’origine d’échanges de volumes de données colossaux dont on se passait pourtant auparavant ! Plus récemment, le phénomène blockchain pour lequel tout le monde s’entend sur sa gourmandise en matière énergétique et puissance de calcul.

A quand un ordinateur vert et surtout des réseaux numériques verts, soucieux de notre environnement ? Mais surtout ne devrait-on pas également veiller à diminuer notre consommation « inconsidérée » du numérique, la nouvelle énergie du 21e siècle mais pour combien de temps ?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.