Transformation ou révolution numérique ?

Au niveau des entreprises et plus généralement des organisations, la notion de transformation numérique résonne de plus en plus mais ne débouche pas encore sur les décisions qui pourtant devraient s’imposer comme la définition d’une véritable stratégie en la matière et une mise en œuvre efficace grâce à une approche transverse et l’implication de l’ensemble des collaborateurs sans oublier qu’au final il s’agit surtout d’accepter de changer sa culture d’entreprise.

Mais au-delà du monde des entreprises et de cette transformation numérique nous vivons la même chose en tant que citoyen à travers le développement de ces nouveaux outils comme les réseaux sociaux ou encore les objets connectés pour ne citer qu’eux, de quoi révolutionner la société en profondeur.

Du point de vue gouvernemental, la blockchain pourrait remettre en cause une certaine forme de gouvernance tandis que le Big data ouvre la porte à une nouvelle organisation de nos démocraties, en particulier en matière de vote. En effet, pourquoi ne pas inviter les citoyens à valider le choix des ministres une fois le Président élu et l’Assemblée constituée…

L’usage du Big data révolutionne également l’approche pré-électorale et nous en avons actuellement la preuve avec un organisme comme Filteris qui fait des pronostics de façon totalement disruptive par rapport aux instituts de sondages traditionnels qui reconnaissent par ailleurs avoir de grandes difficultés à annoncer des chiffres.

Point d’échantillon, pas de questions, pas de pondération des résultats, mais l’analyse en masse de ce que l’on dit des candidats sur les réseaux sociaux. Le même principe avait déjà été utilisé par Barack Obama afin d’adapter au mieux ses discours du lendemain en fonction de la façon dont ceux de la veille avaient été perçus, technique reprise un peu plus tard avec succès par François Hollande !

Pourquoi dès lors ne pas lancer l’équivalent de la transformation numérique des entreprises à l’échelle d’un pays et à l’évolution de notre société, parlerons-nous alors de transformation ou plutôt de révolution !

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici