AirFrance
Home Actualités Actus optimistes

Actus optimistes

Les bonnes nouvelles existent, encore faut-il les attraper. Elles sont finalement si nombreuses que nous vous proposons une nouvelle version plus étoffée du baromètre. Bonnes ondes positives !

Angelina : tea time de choc… olat

Elle se nomme Maison Angelina. Elle apparaît au début du XXe siècle alors que Paris vibre au rythme Belle Époque. Les salons de thé deviennent les nouveaux lieux de rencontre, plus confortables que le traditionnel café, plus chics qu’une pâtisserie et accessibles aux dames distinguées.

Citroën : chevronné !

Dans le quartier Javel à Paris, André Citroën (un pseudonyme forgé à partir de la profession de son arrière-grand-père, vendeur d’agrumes dont des citrons – citroen en néerlandais) inaugure en 1915 une usine d’obus pour soutenir l’effort de guerre.

L’humain, le management et l’entreprise

La performance, l’entreprise et ses salariés : ces trois éléments sont le moteur de l’économie, c’est en optimisant leur synergie que le bonheur et le profit seront accessibles.

La RSE pour accroître sa valeur

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) rime-t-elle avec prise de valeur ? À en croire les résultats du classement BrandZ 2019 des marques françaises les plus valorisées dans le monde, la réponse est affirmative.

Les 155 produits bios préférés des Français

Voilà six ans que Biotopia, conseil en marketing des entreprises, organise l’élection du Meilleur Produit Bio, 155 lauréats choisis/testés par 2 300 consommateurs parmi 221 candidats certifiés bios.

Mais si, on peut rouler pour pas cher !

Une agence, Com’Publics, annonce la couleur en slogan : Affaires publiques et lobbying. Et son directeur général, Marc Teyssier d’Orfeuil, n’y va pas avec le dos de la cuillère : « Je suis un lobbyiste, complètement décomplexé ».

L’entreprise centenaire : Ne Suze que si l’on s’en sert…

« Une fois qu’on la sort de terre, explique-t-on chez Pernod-Ricard, l’actuel propriétaire de l’apéritif conçu il y a 133 ans, la gentiane est lavée, coupée et mise à macérer avec de l’alcool pendant au moins un an. On va ensuite extraire le jus de gentiane en pressant les racines. Le jus est alors distillé en alambic selon un procédé spécialement adapté pour l’élaboration de Suze […] Vient l’étape finale de l’assemblage où la gentiane sera associée à un bouquet aromatique secret. »

Reconversion professionnelle : les Français veulent bouger

Il faut changer au moins une fois de métier, opinent 85 % des Français. Ce pourrait être un vœu pieux, mais les statistiques constatent que la moitié des actifs sont passés à l’acte et qu’un tiers sont décidés à le faire.

LinkedIn, son 1er classement des start-up les plus attractives

Le palmarès maison de 25 jeunes pousses, « futurs fleurons de l’économie nationale »

L’assureur santé qui rembourse la méditation !

C’est le pari assumé par Alan en s’associant à Petit Bambou, une application de méditation appréciée en France et en Europe.

Livre blanc : l’IA révolutionne les compétences

L’Association française de la relation client et le groupe Kea, conseil en direction générale, ont voulu savoir : l’intelligence artificielle va forcément bousculer les compétences des cerveaux organiques…

1 Français sur 5 créateur ou repreneur d’entreprise en 2017

Le dernier Indice entrepreneurial français de l’Agence France Entrepreneur plutôt encourageant

Créer une entreprise solide : les 5 règles fondamentales pour construire dans la durée

Créer sa propre entreprise tente toujours plus de Français : près de 600 000 ont tenté l’aventure en 2017, un record 

Tourisgo, « cocarturage » à la française

Après la loi Macron, les cars trouvent une nouvelle façon de se remplir

Magnethik, des manteaux 100 % vegan

La fraîcheur automnale fait son retour. Pour les femmes soucieuses de la cause animale, comment trouver un manteau de qualité qui ne contienne ni laine ni cuir ?

La rentrée de Superprof

Un millier de disciplines. Trois millions de professeurs. Neuf langues. La start-up française Superprof est présente dans 22 pays.

Oury-Guyé & Fils maîtrise le bistouri depuis 1909

Avec Christian Oury, la création et la fabrication d’instruments de chirurgie ont franchi le cap du xxie siècle.

Viande : on se calme

Selon le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), les Français mangent 12 % de viande en moins qu’il y a dix ans.

Du rabe bio à la cantoche

Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la nature et l’homme, propose de mettre en place un bonus pour les cantines scolaires et les restaurants collectifs qui projettent de passer à l’alimentation biologique.

Little Corner, pub en petit coin

On le savait depuis Vespasien, mais la start-up Little Corner le confirme : l’argent n’a (définitivement) pas d’odeur.

Une en vente

Pascal Malotti Directeur Conseil & Marketing de Valtech France

Ce n’est pas le bon moment pour innover

Ouvrir la voie à l’innovation suppose d’avoir de l’audace, d’être prêt à échouer et d’être libre d’explorer.

Caroline Abram, opticienne et madone des lunettes qui embellissent

Sa marque d'optique est devenue une légende. Tout sourit aujourd’hui à Caroline Abram qui s’était crue condamnée à vendre des montures industrielles enfermée dans une boutique. Puis long tunnel où elle enfile des perles au Sénégal. Dix ans d’artisanat besogneux en appartement avant qu’Opra Winfrey ne chausse l’une de ses montures. Sa success story de rebond est une suite d’enchaînements gagnés. Admiration.

Sophie Lebas-Vautier, fondatrice de Good Fabric et de Marie & Marie, lauréate des re.start...

Sur la scène du Grand Rex, le 20 septembre, les re.start awards* à grand spectacle ont magnifiquement « dramaturgé » ce qu’ÉcoRéseau Business a « inventé » dès 2013 : la culture du rebond. L’idée très anglo-américaine qu’un échec n’est ni honteux ni rédhibitoire, simplement la chance pour un(e) entrepreneur(e) invétéré(e) de « rebondir » plus haut. Parmi 20 autres nommés, ce fut le cas de Sophie Lebas-Vautier, créatrice de Good Fabric et de Marie & Marie : des entreprises plutôt coton.

Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises

Un nominé particulier puisque tout entier tremplin de rebond et non « rebondisseur ». Mais le médiateur des entreprises sait que l’intervention « républicaine » bénévole de son entité est en soi un rebond pour l’entreprise qui en appelle à lui.

Osez la commande publique !

Élargir l’accès à la commande publique pour les PME passe aussi par des mesures phares que l’État a mises en place. Je pense notamment au relèvement de 5 à 20 % du taux minimum des avances versées aux PME et au taux maximal des retenues de garanties qui a été abaissé de 5 à 3 % pour les marchés conclus entre État et PME.
Jean Marc Rietsch, expert international en dématique, président du Digital Information Institute ou D2I

Bientôt la fin de l’OTP SMS

L’OTP (one time password) SMS consiste à recevoir, par exemple au moment d’un paiement sur Internet, un code transmis via un SMS. Même si...

A l’état de renverser la table

Pourquoi, même quand des décisions de bon sens sont prises pour notre pays, elles produisent rejet ou sentiment d’inefficacité perceptibles par certains d’entre nous.

LES + LUS

Les MBA en IAE : une alternative à moindres frais

Difficile de lutter contre les vieux réflexes. Qui dit Master of Business Administration (MBA), dit business schools. Pourtant, le monde des MBA ne se limite pas aux sacro-saintes écoles de commerce d’HEC à l’Edhec en passant par l’Essec ! Créés en 1967 par Gaston Berger sur le segment de la double compétence en management pour les non initiés, les instituts d’administration des entreprises (IAE) – entité autonome au cœur de l’université ‒ affichent un MBA à leur catalogue de formations.

Les MBA : des programmes fort vivants !

MBA : un sigle, trois lettres qui font partie du paysage de l’enseignement supérieur. Créé au tout début du xxe siècle aux États-Unis, ce cursus – à l’entrée très sélective, destiné aux cadres – a conquis l’Europe et la France en particulier. Le territoire compterait quelque 80 masters of business administration. Le conditionnel s’impose : N’importe quelle école, reconnue ou pas, revendique la capacité en monter un. Le nom ni la marque ne sont protégés. Or, pour exister, une école ne peut s’en passer. Résultat : c’est une jungle.

“Cherche ingénieurs désespérément” : les réponses des écoles

Le campus des Mines de Saint-Étienne – institution de plus de 200 ans, qui dispense six cursus d’ingénieur – compte aujourd’hui 2 000 étudiants. Ils étaient 1 500 il y a cinq ans. Et « l’objectif est d’atteindre des effectifs de 2 400 à l’horizon 2022, confie Xavier Olagne, directeur adjoint. Croître signifie aussi doper notre rayonnement.
X