AirFrance

Au sommaire du numéro 59

p.5-15 : galaxie briefing de l’optimiste the green life briefing économie p.16-43 : entreprendre & innover en couverture : Ces entreprises qui changent le monde...

Au sommaire du numéro 58

p.6-15 : galaxie briefing de l’optimiste the green life briefing économie p.16-45 : entreprendre & innover en couverture : Alors heureux au boulot ? La...

Au sommaire du n°57

p.6-12 : galaxie briefing de l'optimiste the green life briefing économie p.18-46: entreprendre & innover en couverture : Travailler demain débats, rebonds et perspectives Grand...

Au sommaire du n°56

Ce pays transite, mais vers quoi ? La transition énergétique que le président de la République ne parvient pas à définir nous vaut une « jaunisse », comme dit Libération, carabinée. 78 % des sondés n’ont pas trouvé Emmanuel Macron convaincant le 27 novembre, mais un raz-de-marée approuve ses mesures ! On veut des énergies renouvelables, mais l’on ne veut pas taxer le fossile. Difficile transition.

Au sommaire du n°55

Ça ne se fait pas, raison de plus pour que je m’y risque : j’ai envie de vous faire partager les coulisses de ce numéro d’ÉcoRéseau Business à l’heure où, comme on dit dans le jargon, nous le « bouclons », autrement dit nous le relisons une dernière fois avant son départ à l’imprimerie.

Au sommaire du n°54

Ça ne se fait pas, raison de plus pour que je m’y risque : j’ai envie de vous faire partager les coulisses de ce numéro d’ÉcoRéseau Business à l’heure où, comme on dit dans le jargon, nous le « bouclons », autrement dit nous le relisons une dernière fois avant son départ à l’imprimerie.

Au sommaire du n°53

Bonjour, simplement bonjour. Comment voulez-vous qu’un nouveau rédacteur en chef se présente sinon en saluant les lecteurs du plus surprenant des magazines dont il m’ait été donné de piloter la rédaction ?

Au sommaire du n°52

Enfin, les terrasses se remplissent à nouveau. Et les Parisiens s’accordent le droit de ne plus snober un mauvais rosé s’il y a des glaçons dans le verre. Espérons que la saison estivale soit aussi bonne que l’année 2017 qui a connu une croissance de 5,6% des nuitées.

Au sommaire du n°51

Philosophe et magistrat français, Jean Bodin est l’un des premiers théoriciens de l’Etat moderne. Dans les Six Livres de la république (1576), Bodin dégage une conception politique de la souveraineté de l’État, perpétuelle et absolue, indissociable de l’indépendance.

Au sommaire du n°50

En France, face à une démocratie qui peine à se moderniser, face même à un « Etat-Voyou » pour plagier certaines des plumes les plus virulentes de nos confrères, se dresse la fée entrepreneuriat.

Au sommaire du n°49

Dans la mythologie grecque, les Amazones, étymologiquement « celles à qui il manque un sein », étaient de « semi-divinités » filles d’Arès et de la nymphe Harmonia qui avaient de fait renoncé à une part de leur féminité pour devenir de redoutables guerrières.

Au sommaire du n°48

Si l’on réduit le champ de l’innovation aux années 2000, force est de constater que cette dernière tient dans notre poche ou se diffuse sur nos écrans, voire est impalpable. Nos paysages n’ont pas forcément changé à l’aune de la nouveauté.

Au sommaire du n°47

Un taux de croissance estimé à 1,9% à la fin de ce premier semestre 2018. Du jamais vu depuis trois quinquennats. Le moral des investisseurs américains qui grimpe de 49% en 2016 à 72% en 2017 selon le baromètre AmCham-Bain.

Au sommaire du n°46

Père de l’Histoire, Hérodote, nous enseignait que la discipline scientifique avec un grand « H » prenait vie d’abord en racontant des histoires en minuscules. Dit autrement, il s’agissait de sacrifier partiellement l’objectivité des faits.

Au sommaire du n°45

«L’optimisme est d’humeur, le pessimisme est de volonté », écrivait Alain. Une citation qui ne s’applique pas à tous les domaines, au premier rang desquels l’entrepreneuriat. Non, ceux qui se lancent à corps perdu dans la création de société ne sont pas seulement en quête d’un « lifestyle », ne recherchent pas uniquement un moyen de s’extraire du chômage ou d’un management devenu insupportable, comme certains cherchent à le circonscrire.

Au sommaire du n°44

Que d’effets d’annonce concernant la voiture autonome ! Mais si, telle sœur Anne dans La Barbe Bleue, nous ne voyons toujours rien venir, c’est parce que les technologies des prototypes doivent être perfectionnées, mais aussi parce qu’elles soulèvent des questions quasi-philosophiques et non résolues.

Au sommaire du n°43

Les gourmets, lorsqu’ils passent entre Rhône et Saône, ne sont pas insensibles à la cervelle de canut. Mais peu d’entre eux savent que cette faisselle aux herbes tient son nom de la révolte des ouvriers de la soie, qui commença lors de la monarchie de Juillet en 1831, et fut réprimée dans le sang cinq années durant.

Au sommaire du n°42

Le New York Times est conçu par des « capteurs » placés un peu partout sur la planète, reliés à un robot transformant des bits en informations rédigées et publiées sur des écrans. Jusqu’à ce qu’un jour, le robot se mette à diffuser des « fake news »…

Au sommaire du n°41

«Ne t’attarde pas à l’ornière des résultats », clamait René Char. Ce n’est pas un hasard si Emmanuel Macron aime à répéter cette phrase, ou plutôt cette exhortation, lui qui a d’emblée repris l’offensive en vue des législatives, en nommant un Premier ministre issu des rangs des Républicains.

Au sommaire du n°40

«La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort », affirmait le général Mac Arthur.

Une en vente

Droits d’auteur : Internet s’apprête à connaître un bouleversement majeur

On l’aura compris : les impacts de cette directive comportent des enjeux économiques et sociétaux colossaux.

Caroline Abram, opticienne et madone des lunettes qui embellissent

Sa marque d'optique est devenue une légende. Tout sourit aujourd’hui à Caroline Abram qui s’était crue condamnée à vendre des montures industrielles enfermée dans une boutique. Puis long tunnel où elle enfile des perles au Sénégal. Dix ans d’artisanat besogneux en appartement avant qu’Opra Winfrey ne chausse l’une de ses montures. Sa success story de rebond est une suite d’enchaînements gagnés. Admiration.

Sophie Lebas-Vautier, fondatrice de Good Fabric et de Marie & Marie, lauréate des re.start...

Sur la scène du Grand Rex, le 20 septembre, les re.start awards* à grand spectacle ont magnifiquement « dramaturgé » ce qu’ÉcoRéseau Business a « inventé » dès 2013 : la culture du rebond. L’idée très anglo-américaine qu’un échec n’est ni honteux ni rédhibitoire, simplement la chance pour un(e) entrepreneur(e) invétéré(e) de « rebondir » plus haut. Parmi 20 autres nommés, ce fut le cas de Sophie Lebas-Vautier, créatrice de Good Fabric et de Marie & Marie : des entreprises plutôt coton.

Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises

Un nominé particulier puisque tout entier tremplin de rebond et non « rebondisseur ». Mais le médiateur des entreprises sait que l’intervention « républicaine » bénévole de son entité est en soi un rebond pour l’entreprise qui en appelle à lui.

Inventer une société où chacun pourra vivre bien, tout en étant protégé

Le monde du travail est un élément central de cette nouvelle société. Ces quatre éléments structurants, si nous ne sommes pas capables de les anticiper et de les analyser, alors, nous ne serons pas en capacité de créer de nouveaux espaces de travail partagés, de l’intelligence collective, de favoriser le travail indépendant...
Frédéric Rey-Millet Auteur/Hacker du management @Freymillet

Manager like a Rolling Stone ?

Ces deux objectifs atteints, le groupe se pose à nouveau la question de la pertinence de sa vision. Est-elle toujours valable et tient-elle des éléments extérieurs ? De la concurrence ? Nous sommes en 1964. Les Beatles, révélés au grand public deux ans plus tôt, avaient lancé à l’échelle planétaire la vague pop.
Sophie de Menthon, Présidente d'ETHIC, Présidente de SDME

Et pourquoi pas !

Rien à faire, on a beau parler des entreprises salvatrices, sources de progrès et d’emploi, encourager les prouesses françaises, noter les fortunes entrepreneuriales qui se créent... le bashing reste l’apanage de nos médias et des réseaux sociaux.

LES + LUS

Ces orateurs qui subjugent les publics

 Le vrai speaker répond à quatre exigences, explique ce théoricien du discours utile : il est un ou une expert/e dans son domaine. Il/elle est passionné/e par son sujet, fût-il étranger à son métier, comme c’est parfois le cas pour moi. Il/elle répond à une demande bien identifiée des entreprises ou des associations, souvent suscitée par les speaker’s bureau. Enfin le conférencier professionnel sait se faire rétribuer à la hauteur de sa prestation, il/elle répond à un marché solvable.

Family Office : les banques privées organisent la riposte

La gestion privée affronte depuis peu des vents adverses. Longtemps protégé, son modèle est mis en péril par un terrifiant trident : la faiblesse persistante des taux qui rogne sa marge, une réglementation plus contraignante et la concurrence des fintechs. Face à cette menace, les banques privées affutent leurs arguments : leur proximité avec les clients et une panoplie de services à haute valeur ajoutée.

Ces start-up qui s’engagent pour un monde meilleur

Janvier 2018, Christophe Itier, Haut-commissaire à l’Économie sociale et solidaire et à l’Innovation auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire, inaugure ce fameux French Impact. Un accélérateur d’entreprises innovantes et respectueuses des critères ESS (Économie sociale et solidaire), organisé en association loi 1901.
X