Temps de lecture estimé : 1 minute

À l’heure de la pénurie de composants électroniques, il est peut-être judicieux de commander un véhicule neuf bas premier prix pour être livré rapidement. Exemple avec la 208 d’entrée de gamme.

Alors que la pénurie de composants électroniques contraint les constructeurs automobiles à réduire leur production et rallonger à outrance leurs délais de livraisons, certain·es acheteur·ses peuvent être tenté·es de choisir des modèles de base pour ne pas rester en plan. Peugeot commercialise ainsi une 208 de base en finition Like avec le petit moteur essence PureTech 75 chevaux et la boîte manuelle à 5 rapports au prix somme toute alléchant de 16 200 euros.

Nous avons essayé sa sœur un poil mieux équipée (Active : 17 900 euros) : projecteurs à LED contre projecteurs halogènes, air conditionné automatique et non manuelle, rétroviseurs extérieurs dégivrants avec réglage électrique, démarrage mains libres, radio avec écran tactile 7 pouces contre 5. Verdict : dans cette entrée de gamme pas de cadrans numériques à trois dimensions mais de bons vieux compteurs à aiguille – ce qui devrait réduire l’importance des fameux composants – pour un véhicule très acceptable tant sur le plan de la conduite (le châssis reste le même) que du look extérieur. Sans oublier un confort satisfaisant et un niveau d’équipements raisonnable pour un rapport qualité prix de très bonne tenue.

Bien sûr, si d’aventure on s’installe dans la foulée au volant d’une 208GT Pack PureTech 130 chevaux avec boîte auto EAT8 (le top de la gamme), on a le sentiment de ne pas être dans la même voiture avec un plaisir décuplé. Mais moyennant quand même 11 200 euros de différence. De quoi faire réfléchir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.