Dacia Sandero Stepway : quand le low cost se la joue glamour

Le constructeur roumain filiale de Renault fait de sa montée en gamme à petit prix le secret de sa réussite commerciale.

Vous souvenez-vous de cette publicité pour les chaussures Eram : « Il faudrait être fou pour dépenser plus » ? Elle va comme un gant, si l’on peut dire, à la nouvelle Sandero Stepway de Dacia. Le constructeur roumain, filiale de Renault depuis 1999, n’en finit plus de monter en gamme à la façon de Skoda dans le groupe Volkswagen. Dacia, qui s’est fait une place au soleil automobile avec des véhicules moches mais low cost, solides et aux tarifs défiant toute concurrence, cherche aujourd’hui à dorer son blason à l’or fin du glamour. Alors que se profile sur la route la toute nouvelle Dacia Sprint, premier véhicule électrique à petit budget (nous aurons l’occasion d’en reparler), le nouvelle Sandero version Stepway en imitation SUV marque des points. Cette troisième génération de citadine surélevée s’est d’abord refait une beauté sans fausse note. Désormais soyez en sûr, plus de honte esthétique à rouler en Dacia. La Sandero est jolie, avec une nouvelle face avant (calandre, ligne de phares à LED en Y avec allumage automatique en série dès le premier degré de finition) et une ligne plus fluide. En version Stepway, elle se donne des airs de baroudeuse : garde au sol surélevée de 41 mm par rapport au modèle classique à 174 mm, diamètre de pneus augmenté, capot spécifique, nervuré et bombé, logo Stepway chromé sous la calandre, ailettes bombées au-dessus des feux antibrouillard, barres de toit logotées, élargisseurs d’arches de roue, bas de portes renforcé.

L’habitacle a lui aussi bénéficié d’une remise à niveau avec du volume, des sièges de très bonne tenue, un confort satisfaisant et surtout un niveau d’équipement (en finition haute) sans lacune ou presque (pas de chargeur à induction pour le téléphone mobile, dommage !). Au programme, frein de parking électrique, climatisation automatique, aide au stationnement avant et arrière, détecteur d’angle mort, caméra de recul, freinage automatique d’urgence, régulateur et limiteur de vitesse, accès et démarrage carte mains libres, toit ouvrant vitré électrique…

Bicarburation et boîte CVT

Et outre un écran tactile 8 pouces, Dacia propose un dispositif très malin baptisé Système Media Control dès la première finition. Il accueille un smartphone dans une station d’accueil spécifique intégrée à la planche de bord. Grâce à l’application Dacia Media Control et la connexion Bluetooth, le téléphone devient une véritable extension du tableau de bord, jusqu’à remplacer un système multimédia intégré pour accéder à la navigation, la radio, la musique, le téléphone et les informations du véhicule en utilisant les commandes au volant.

Sous le capot, la Sandero Stepway abrite un moteur essence 1 litre 3 cylindres de 90 ch couplé à une boîte manuelle 6 rapports très fluide et agréable à manipuler ou une boîte automatique de type CVT sans grands reproches. À noter que la bicarburation essence-GPL est disponible avec uniquement la boîte manuelle. Quel que soit l’attelage, l’agrément de conduite est total.

Cette montée en gamme s’accompagne bien évidemment d’une relative inflation tarifaire, mais si la Sandero Stepway est désormais positionnée un peu plus haut sur la grille vis-à-vis de ses concurrentes, elle fait toujours la course en tête.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.