Seat Leon e-hybrid : puissance combinée

Le constructeur espagnol a puisé dans la banque d’organes du groupe VW pour mettre sous le capot de sa nouvelle Leon une motorisation hybride rechargeable performante. Une technologie qui renforce l’attrait de la compacte joliment redessinée.

La nouvelle Seat Leon s’offre une belle remise en beauté qui devrait logiquement renforcer son attrait commercial. D’autant que l’ibère adopte à cette occasion une motorisation hybride rechargeable. Quatrième génération d’un modèle à succès, la Leon a grandi (de 9 cm par rapport à la génération précédente) et en version break (+ 26 cm par rapport à la berline) elle offre une habitabilité et un volume de chargement à vocation clairement familiale. Dommage que le coffre de 620 litres en version thermique soit réduit à seulement 470 1 en version hybride à cause de la batterie. L’équipement est très généreux, mais le tout numérique des commandes concentrées sur l’écran tactile de la planche de bord nuit à la sécurité de la conduite (en outre, les touches sensitives de la climatisation ne sont pas éclairées, gênant quand on roule de nuit !). Sous le capot, la combinaison d’un moteur thermique essence de 1,4 litre et d’un moteur électrique rechargeable de 85 kW développe au total une puissance de 204 ch qui en fait la Leon la plus puissante de la gamme (en dehors des Leon badgées Cupra). L’hybridation tente de parcourir une cinquantaine de kilomètres en tout électrique, mais la batterie peine à se recharger ensuite en roulant (et là aussi, l’accès aux commandes sur l’écran numérique n’est pas des plus aisés). La possibilité de charger son véhicule à domicile est donc une condition sine qua non pour tirer tout le bénéfice de cette motorisation en termes de consommation.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.