Volvo s’attaque au marché des SUV compacts

Le XC40 est la première offre du constructeur suédois sur un marché déjà fortement concurrentiel dominé par les Allemands. Les grandes qualités de ce nouveau venu premium risquent toutefois de bouleverser l’ordre établi

Le constructeur sino-suédois propose pour la première fois de son histoire un «petit» SUV compact sur un marché très fortement concurrentiel. Volvo poursuit ainsi l’offensive commerciale lancée en 2015 avec sa gamme 90 – XC90, S90, V90 – suivie du renouvellement de son best seller XC60.

Cette fois-ci c’est la catégorie 40 qui se met au diapason des nouveaux standards premium de la marque avec une déclinaison du design scandinave tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du véhicule.

Le XC 40 (qui vient d’être élu voiture de l’année) cultive la ressemblance avec ses aînés et se lance à l’assaut d’un segment déjà encombré, dominé par les cadors germaniques, BMW (X1, X2), Audi (Q3) et Mercedes (GLA), déjà titillés par le nouveau venu Jaguar (E-Pace) et qui pourraient être rejoints dans un futur proche par les Italiens Alfa Roméo (Kamal ?) et Maserati.

C’est dire si le XC 40 a de l’ambition. Ses dimensions et son allure cossue le positionnent d’emblée sur le haut du panier et, pour compact qu’il soit, ce SUV est d’abord un luxueux objet de convoitise.

Tous les fondamentaux Volvo sont respectés : confort, élégance, espace, ergonomie, qualité irréprochable de finition, plaisir de conduite. Avec un équipement bien évidemment à l’unisson, notamment dans le domaine des aides à la conduite et de la sécurité (anticipation de collision, freinage d’urgence, anti sortie de route, conduite semi autonome, caméra à 360 degrés….). Dommage qu’il manque l’affichage tête haute dans le pare-brise comme sur les gammes 90 et sur le XC60.

Une identité forte

Pour marquer son entrée dans ce club fermé des compact premium Volvo joue la carte de la sportivité avec un look dominateur : face avant volontaire par sa calandre verticale encadrée par des feux à Led en forme de marteau (celui de Thor, dieu de la foudre et du tonnerre, sic…), ligne de caisse très haute, roues énormes (de 18 à 21 pouces de diamètre) et sous le capot deux moteurs musclés essence et diesel. Pour faire ses premiers tours de roues le XC40 n’offre en effet qu’un choix binaire entre un 4 cylindres biturbo diesel de 190 chevaux (D4) et un 4 cylindres turbo essence de 247 chevaux (T5) rageur et très gourmand, tous deux couplés à la remarquable boîte auto Geartronic 8 vitesses et à une transmission à 4 roues motrices. Une nouvelle mécanique 3 cylindres essence (T3, 1,5 litre, 150 chevaux) viendra les rejoindre d’ici l’été, ainsi qu’un moteur diesel de 150 chevaux (D3), un moteur essence (T4) de 190 chevaux, une boîte manuelle et des versions 2 roues motrices, avant les gammes hybride et tout électrique attendues à une échéance plus lointaine.

Modèle essayé : Volvo XC40, T5 AWD G8 247 ch First Edition. Tarif : à partir de 52 000 euros. Tarifs gamme essence à partir de 45 950 euros. Tarifs gammes diesel à partir de 45 100 euros.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.