L’Arteon sublime la Passat

Le nouveau coupé familial de Volkswagen se positionne un peu plus haut en gamme que son inspiratrice. De quoi séduire une nouvelle clientèle.

C’est le nouveau haut de gamme de Volkswagen, situé entre la Passat bien connue et feu la Phaeton, grosse berline élaborée pour le marché chinois qui n’a jamais rencontré le succès en Europe. L’Arteon est donc une Passat «améliorée», coupé quatre portes remplaçant le précédent coupé «CC» apparu en 2008 et lui aussi sans véritable réussite commerciale au regard des performances du best-seller dont il était dérivé. L’Arteon devrait connaître un meilleur sort. Cette grande familiale routière plus longue que la Passat de 9 centimètres est plutôt réussie sur le plan esthétique avec une ligne élégante et statutaire qui surclasse indéniablement la berline originelle. En outre l’Artéon est très spacieuse, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, en dépit de l’encombrant pont de transmission, et dotée d’un immense coffre (563 litres) qui s’ouvre par un hayon. Extrêmement agréable à conduire, souple et performante grâce à sa motorisation diesel puissante de 240 chevaux et la toujours remarquable boîte auto DSG7, l’Arteon bénéficie, pour ne rien gâcher du plaisir de rouler, d’un amortissement piloté et d’une transmission intégrale. Restent deux écueils : un tarif élevé qui la positionne en concurrente des modèles premium du groupe (Audi) et l’absence de version break qui fait une grande partie du succès de la Passat. Toutefois des rumeurs font état de la possible arrivée d’une version Shooting Brake (break de chasse) – sur le modèle des Mercedes CLS et Porsche Panamera Sport Turismo – qui achèverait sans doute de convaincre les clients les plus réticents.

Modèle essayé : Volkswagen Arteon Elegance 2.0 TDI 240 DSG7 4M. tarif : à partir de 54 900 euros. Tarifs gamme essence à partir de 53 500 euros. Tarifs gamme diesel à partir de 42 300 euros.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici