Vite compris le 17 février

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Vers la fin du masque en entreprise et à l’école pour la mi-mars La question du masque divise, et alterne levées des restrictions et nouvelles mesures. En l’état actuel du contexte épidémique, le ministre de la Santé Olivier Véran fait savoir qu’il estime possible de « revenir à un état quasi normal » dans un mois. Si la cinquième vague est bien passée. « À la mi-mars, on pourrait commencer à se poser sérieusement la question du port du masque en intérieur et du passe vaccinal », a ainsi déclaré le ministre sur l’antenne de France Info. Déjà, le gouvernement avait annoncé la fin du masque en intérieur dans les lieux soumis au passe vaccinal à partir du 28 février, notamment les restaurants et les lieux de culture. Il s’agirait donc de lever l’obligation du port du masque en entreprise et à l’école. En revanche, le passe vaccinal devrait être conservé au-delà de la mi-mars dans les lieux plus « à risque », à commencer par les discothèques. Un assouplissement en forme de hasard opportun, à la veille d’une élection présidentielle qui arrive à grands pas.

Avec la crise de la covid, la compétitivité française se dégrade Selon une étude de l’institut d’études économiques Rexecode, la part de marché des exportations françaises au sein de la zone euro est en baisse d’1,3 point ces deux dernières années, pour s’établir à 12,6 %. Preuve que la compétitivité tricolore souffre de la crise. Rexecode sonne l’alarme : entre 2019 et 2021, le déficit commercial des biens et des services s’est creusé de 27 milliards d’euros, soit 1 point de PIB. Et l’institut ajoute que la hausse des prix de l’énergie ces derniers mois n’y est pas pour grand-chose, comme le souligne Emmanuel Jessua, directeur des études de Rexecode : « En 2021, la facture énergétique est revenue à son niveau de 2019. »

Des exportations de vins et spiritueux au beau fixe Pendant que la balance commerciale française reste déséquilibrée par un déficit d’exportations au global, le commerce de vins et spiritueux bat, lui, des records. En 2021, les ventes d’alcool à l’étranger ont atteint un niveau historique à 15,5 milliards d’euros grâce à un bond spectaculaire de 28 % en un an, selon les chiffres publiés par la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS) ce 15 février. Par rapport au précédent record, datant de 2019, la progression est chiffrée à 11 %. Dans le même temps, sur l’année écoulée, le solde des échanges commerciaux s’élève à 14,2 milliards d’euros. De quoi placer les vins et spiritueux au deuxième rang des excédents commerciaux français, derrière l’aéronautique.

Semaine de quatre jours en Belgique ? Nos voisin·es du plat pays pourraient bien expérimenter la semaine de travail de quatre jours, notamment débattue en France. Du moins, la coalition gouvernementale emmenée par le Premier ministre Alexander de Croo est parvenue à un accord inédit pour flexibiliser le marché du travail belge. De telle sorte que des salarié·es pourront, sous certaines conditions, rassembler sur quatre jours leur temps de travail hebdomadaire. Plus de flexibilité pour plus d’efficacité, c’est le pari. L’objectif annoncé : « Donner aux employés plus de liberté et de flexibilité pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle. » Avec en vue l’ambition d’atteindre un taux d’emploi de 80 % d’ici à 2030, contre 71 % aujourd’hui. Le projet doit encore être soumis aux partenaires sociaux pour consultation puis au Parlement belge pour validation. Les syndicats ont déjà fait savoir leur opposition. Et pour vous, cette semaine de quatre jours est-elle tenable à long terme ? Répondez à notre sondage.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.