Vite compris le 14 janvier

Temps de lecture estimé : 2 minutes

 

Le marché du jouet a le vent dans le dos En 2021, les ventes de jeux et jouets en France ont progressé de 3,3 % par rapport aux chiffres de 2019, à 3,7 milliards d’euros selon NPD. Le jouet français continue de très bien se porter, et fait de la France le second marché européen du secteur, devant l’Angleterre et derrière l’Allemagne. Une progression notable, malgré la baisse de la natalité sur le Vieux Continent et les difficultés d’approvisionnement en matières premières depuis l’Asie (explosion des coûts de transports et matières premières entre 10 et 40 %). Dans le contexte très particulier de la crise sanitaire, les habitudes d’achats ont en effet été bousculées. Par crainte des risques de pénurie, les Français·es ont pour beaucoup anticipé leurs achats de fin d’année. Ainsi, les ventes de jouets étaient en recul de 5 % sur un an en décembre, mais ont connu une progression à deux chiffres en octobre et novembre.

Les enseignant·es en grève À l’appel des syndicats, une majorité des enseignant·es du secondaire étaient en grève ce jeudi 13 janvier. Selon les premières estimations de l’Éducation nationale la mobilisation atteint 38,5 % du corps professoral, dont 23,7 % dans les collèges et lycées. Dans le même temps, Snes-FSU, le premier syndicat du secondaire, annonce quelque 62 % de grévistes. L’appel à la grève vise à dénoncer la gestion de l’épidémie de la covid dans les établissements scolaires, avec notamment un nouveau protocole sanitaire qui passe mal auprès des enseignant·es.

Omicron, plus contagieux, moins dangereux ? Une récente étude états-unienne menée sur près de 70 000 personnes testées positives à la covid-19 témoigne d’un risque d’hospitalisations et de décès réduit avec la variant Omicron, en comparaison avec le variant Delta. Ainsi, une personne infectée avec Omicron aurait environ 75 % de risque en moins d’être placée en soins intensifs, et plus de 90 % de risque en moins d’en mourir qu’une personne infectée avec le variant Delta. Parmi les plus de 52 000 personnes infectées par Omicron suivies par cette étude, aucune n’a eu besoin d’un respirateur artificiel, contre 11 personnes parmi les près de 17 000 infectées par Delta. L’étude, qui reste à être vérifiée par des pairs, a été menée par des chercheurs de l’Université de Californie, de Berkeley et des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Les 9 prédictions de sécurité en entreprise • Identifiées par Ping Identity.

  1. La cybersécurité devient un enjeu RSE : elle sera la 4e responsabilité ESG (environnement, social et gouvernance) pour les entreprises. Les violations de données ont plus que des implications technologiques, car les perturbations affectent la société. La cybersécurité devient une mesure clé du pilier social.
  2. L’authentification multifacteur va devenir une demande mondiale : cette AMF va devenir obligatoire partout pour sécuriser les connexions, non seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier.
  3. Tsunami de bots malveillants : nous devrons exploiter l’IA et le machine learning pour détecter et protéger les bots qui se font passer pour des humains lorsqu’ils créent ou tentent de prendre le contrôle de comptes.
  4. L’accent est mis sur l’autorisation : l’accent mis pendant une décennie sur l’authentification commence à se déplacer vers l’autorisation. L’identité ne se limite pas à s’assurer que l’on parle à la bonne personne, il s’agit d’autoriser l’accès approprié.
  5. L’essor des portefeuilles numériques : Les utilisateurs commenceront à stocker sur leur téléphone des données vérifiées comme leur identité réelle via des pièces d’identité délivrées par les pouvoirs publics dans des portefeuilles numériques tels que ceux fournis par Apple et Google. Mais l’identité s’étendra à toutes sortes d’autres données d’identité partagées avec l’utilisateur pour une meilleure confidentialité et un meilleur contrôle par l’individu.
  6. Attaques sur les API Shadow et zombie : plus de 90 % des attaques porteront sur les API en 2022. Pour les entreprises qui ne disposent pas d’une gouvernance, de contrôles et de pratiques de sécurité bien établis en matière d’API, elles deviendront le maillon faible.
  7. Convergence des technologies de l’information et des technologies opérationnelles : il se manifestera un besoin d’interopérabilité entre les technologies de l’information et les technologies opérationnelles au départ, et finalement une convergence de technologies redondantes pour contrôler l’entrée dans le bâtiment et l’accès aux applications.
  8. L’ascension du CISO : les responsables de l’identité rendront compte directement au CISO (responsable sécurité) qui rendra compte au conseil d’administration. Gartner prévoit que 40 % des conseils d’administration auront un comité dédié à la cybersécurité d’ici à 2025.
  9. L’identité se concentre sur l’expérience : L’accent sera mis sur l’orchestration sans code et à faible code, gage de rapidité et d’agilité pour des expériences extraordinaires pour l’utilisateur final.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.