Vite compris le 26 novembre

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 2’

Les discriminations à l’embauche ont la peau dure Malgré des progrès notables ces dernières années, les témoignages de discrimination à l’embauche, en raison d’une origine, restent très nombreux. Selon une récente étude du ministère du Travail, un·e candidat·e dont le nom ou le prénom a une consonnance d’origine maghrébine doit envoyer 1,5 fois plus de candidatures qu’un·e autre candidat·e. Autant dire que si la discrimination à l’embauche est interdite par la loi française depuis 2008, elle reste bien une réalité confirmée par les chiffres du ministère du Travail. Pour dégager cette tendance, les experts du ministère ont recouru à la technique du « testing ». Autrement dit, des profils de candidatures fictives ont été créés pour répondre à des annonces réelles. Au total, 9 600 candidat·es fictif·ves ont répondu à 2 400 offres d’emploi entre décembre 2019 et avril 2021. Parmi les principaux constats : « les candidatures dont l’identité suggère une origine maghrébine ont 31,5 % de chances de moins d’être contactées par les recruteurs que celles portant un prénom et nom d’origine française ». Sans commentaires.

Le nombre de chômeur·ses continue de reculer Pour la première fois, le nombre de chômeurs de catégorie A est repassé en dessous du niveau de février 2020, avant la crise de la covid. Et pour cause, en octobre 2021, le nombre de personnes inscrites en catégorie A à Pôle emploi (hors Mayotte) a chuté de 113 500, pour atteindre 3,38 millions. Soit un recul de 3,3 % par rapport à septembre 2021, et de près de 11 % sur un an. Un reflux qui bénéficie à toutes les tranches d’âge et qui confirmé l’allure soutenu de l’amélioration de la courbe du chômage. Le terrain perdu en raison du choc de la crise sanitaire a été rattrapé. De la même façon, le nombre de chômeur·ses inscrit·es en catégorie B (demandeur·ses d’emploi ayant travaillé moins de 78 heures par mois) s’inscrit lui aussi à son niveau de février 2020.

La Croatie s’offre une douzaine de Rafale L’accord a été conclu ce jeudi 25 novembre par le Président français Emmanuel Macron et le Premier ministre croate Andrej Plenkovic. À la clé : l’achat par la Croatie de 12 Rafale d’occasion à la France. Et la plus importante commande d’armement de la Croatie depuis la guerre des Balkans et son indépendance. La vente de ces 12 avions de combat Rafale d’occasion fabriqués par Dassault Aviation s’est conclue pour environ 1 milliard d’euros. « Il ne s’agit pas uniquement d’un contrat commercial, mais aussi du renforcement de la coopération stratégique » entre les deux pays, souligne-t-on au palais de l’Elysée. Un accord commercial signé à l’occasion de la première visite d’un président de la République française depuis l’indépendance croate en 1991.

Uber banni de Bruxelles Grande défaite pour Uber, l’un des leaders mondiaux du marché des VTC (voitures de transport avec chauffeur). Un arrêt de la cour d’appel de Bruxelles a ordonné purement et simplement l’arrêt de l’application Uber X dans la capitale belge à compter du 26 novembre. A l’issue d’un combat judiciaire de six ans, Les Taxis Verts, l’une des principales compagnies de taxis de Bruxelles, ont obtenu gain de cause avec fracas. Pour justifier sa décision, la cour d’appel a estimé que les contrats passés entre les propriétaires de limousines et la plate-forme Uber X sont artificiels et ne visent qu’à contourner l’obligation légale de détenir une licence de taxi pour transporter des personnes. En réaction, les chauffeurs Uber bruxellois ont entamé des actions de perturbations du trafic de la capitale dès ce jeudi 25 novembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.