Le verbatim… du Shift Project

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Comment faire de l’emploi le moteur de la transition bas carbone ?

La lutte contre les émissions de carbone et de gaz à effet de serre est le défi majeur de notre temps, objet de l’accord de Paris de 2015. À l’approche de l’élection présidentielle, les propositions pour mener à bien la décarbonation de l’économie française fusent. À commencer par celles présentées par le Shift Project, un think tank consacré à la transition bas carbone. Dans une tribune collective pour Les Échos, l’association liste ses recommandations pour faire de l’emploi un moteur de cette transition.

Comment respecter nos engagements de la Cop 21 en termes de réduction des émissions de carbone ? Vaste question, à laquelle The Shift Project tente d’apporter une réponse, avec l’ouvrage Climat, crises : Le plan de transformation de l’économie française, publié chez Odile Jacob. Et avec un avant-propos signé Jean-Marc Jancovici. Le think tank l’affirme : l’emploi peut être la clé de voûte de la transition, et l’un des principaux moteurs d’une décarbonation efficace. À condition d’engager des grandes transformations du marché de l’emploi (le plan du Shift Project concerne 11,9 millions de postes). Les grandes propositions du plan : repenser les formations initiales et continues pour former aux enjeux énergie-climat, lever les freins à la demande de formation, améliorer l’attractivité de certains métiers ou encore installer un pilotage à l’échelle de l’État et des territoires. Et ce pour coordonner une transition bas carbone qui doit concerner toutes les composantes de la société. (retrouvez l’intégralité des propositions du Shift Project). 

L’emploi, clé de voûte de la transition

La question de l’emploi est centrale dans l’ensemble des travaux du Plan de transformation de l’économie française. Il s’agit d’en faire l’un des moteurs d’une décarbonation organisée et réussie, plutôt qu’une variable d’ajustement soumise à la fréquente brutalité des choix faits dans l’urgence. Les contraintes énergétiques et climatiques, elles, nous rattraperont tôt ou tard.

Nos travaux visent donc à évaluer les transformations de l’emploi, en volume et en compétences, qui permettront à la France de basculer vers une société bas carbone telle qu’elle est proposée dans le PTEF. L’ampleur inédite de cette transformation et son caractère systémique supposent qu’elle soit anticipée, discutée et planifiée à l’échelle de la société et sur une base factuelle.

L’analyse des transformations de l’emploi dans le Plan de transformation concerne 11,9 millions d’emplois actuels, soit 45 % de la population en emploi. Onze secteurs ou sous-secteurs représentant 4 millions d’emplois et étant les plus directement concernés par la décarbonation (transports, logement, agriculture, certaines industries, etc.) font l’objet d’une analyse quantitative.

Nos propositions :

Repenser les formations initiales et continues : former l’ensemble des métiers aux enjeux énergie-climat, faire évoluer les pratiques et développer de nouvelles compétences sectorielles nécessaires à la décarbonation

Lever les freins à la demande de formation : faciliter les démarches, mutualiser les moyens, aider les TPE-PME

Appuyer les reconversions entre secteurs et au sein d’un secteur en améliorant l’attractivité de certains métiers (conditions salariales, pénibilité, reconnaissance sociale)

Mettre en place un pilotage fort à l’échelle de l’État et des territoires pour orienter, coordonner et appuyer l’ensemble des acteurs, entre secteurs et au sein d’un même secteur.

L’emploi après transformation

Sur les 4 millions d’emplois quantifiés dans le PTEF, notre analyse aboutit à une croissance nette de la demande de main-d’œuvre de l’ordre de +300 000 emplois à horizon 2050, cachant de fortes créations (1,1 million) et destructions (800 000).

L’agriculture verrait la plus forte hausse nette avec près de 500 000 emplois supplémentaires sur les trente prochaines années. La rénovation des logements, l’essor des mobilités actives et en particulier du vélo et la relocalisation de certaines industries permettrait également de créer de nombreux emplois.

(…)

Retrouvez l’intégralité de la tribune ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.