Le verbatim… du Parti radical sur le compromis à l’Assemblée nationale

Temps de lecture estimé : 1 minute

Dix élu·es du Parti radical signent une tribune pour déclarer qu’il est toujours possible d’agir, y compris en l’état actuel de l’Assemblée nationale.

Est-il possible de gouverner sans majorité absolue à l’Assemblée nationale ? Dix élu·es du Parti radical, dont le président Laurent Hénart et la vice-présidente du Sénat Nathalie Delattre, en sont convaincu·es : absolument !

De par son histoire, le Parti radical va au-delà des clivages : c’est un parti intermédiaire entre la gauche et la droite, qui a été allié aux socialistes comme aux conservateurs, en fonction des circonstances. Pour les dix élu·es, c’est cette idée d’un gouvernement au-delà des fragmentations politiques, d’une Assemblée nationale du compromis, qui doit être le vecteur de l’action nationale. Le parti rappelle son soutien au gouvernement d’Élisabeth Borne et à la majorité dans ce contexte politique inédit. Pas sûr que les autres partis fassent de même.

Dix élu·es estiment qu'il est toujours possible d'agir à l'Assemblée nationale, y compris dans son état actuel !

À l’heure où beaucoup s’inquiètent de la gouvernabilité de notre pays avec une majorité présidentielle relative à l’Assemblée nationale, nous affirmons, forts de 120 ans d’histoire, que ce contexte politique inédit constitue en réalité une chance pour notre démocratie représentative. Nous réaffirmons, ici et au Parlement, notre soutien à notre Première ministre Élisabeth Borne, femme de dialogue et d’ouverture, dont les solides compétences ne sont plus à démontrer, et qui saura construire une majorité et un Gouvernement d’action.

La France est gouvernable et le restera. La Constitution de la Cinquième République permet la composition d’un gouvernement de coalition, de consensus, de dialogue autour d’une majorité de projets ou de projets majoritaires. La Constitution de 1958 permet de s’inspirer, dans la pratique que nous faisons du pouvoir, des pays d’Europe du Nord, à la recherche d’un équilibre politique multi-partisan sur les grands enjeux de notre siècle. Au-delà du fait majoritaire qui avait pour habitude de rythmer les alternances politiques, une nouvelle pratique du pouvoir doit se mettre en place.

Retrouvez l’intégralité de la tribune sur le site du Journal du Dimanche

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.