Le verbatim… des défenseurs d’une matière « écologie » à l’école

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Des scientifiques, des ONG et des citoyen·nes défendent l’instauration d’une matière « écologie » à l’école. Ils·elles écrivent une tribune sur le site de FranceInfo.

Après l’histoire, les mathématiques ou l’éducation physique et sportive… l’écologie à l’école ? C’est en tout cas ce que demandent plusieurs scientifiques, sportif·ves – et plus largement citoyen·nes – dans une tribune publiée le 10 mars. « Les gens se rendent compte que si on veut pouvoir répondre à l’effondrement du vivant et à la crise climatique, il faut des connaissances », lance Gilles Bœuf, professeur en physiologie environnementale et ex-président du Muséum d’histoire naturelle.

Problème, en termes de connaissances liées à l’écologie, les plus jeunes ne sont en réalité pas si bien informés. « Nous savons également qu’actuellement, moins d’un lycéen sur trois dispose d’un socle de connaissances approfondi sur l’écologie et le changement climatique », pointent les auteur·es de la tribune. L’école est en cause. Laquelle ne fait pas une place prépondérante – voire une place tout court – aux enseignements qui touchent à l’environnement et à l’écologie. Bien dommage lorsque l’on sait qu’entre 0 et 12 ans, l’enfant construit sa conscience et ses valeurs tout en passant 90 % de son temps à l’école. Surtout, il serait peut-être temps de former  notre jeunesse face à la crise climatique que nous traversons et traverserons.

Nous savons que principalement entre 0 et 12 ans, l’enfant construit sa conscience et ses valeurs tout en passant 90 % de son temps à l’école. Nous savons également qu’actuellement, moins d’un lycéen sur trois dispose d’un socle de connaissances approfondi sur l’écologie et le changement climatique.

Nous, scientifiques, sportifs de haut niveau, personnalités publiques, associations, professeurs, directeur.rices d’établissements scolaires, agent.es de l’Éducation nationale, entreprises engagées, citoyen.ne.s, élu.es et non élu.es, parents et enfants, réunissons nos forces et nos voix pour qu’en 2022, tous.tes les candidat.es aux élections présidentielles puis législatives, ainsi que le futur gouvernement, portent une ambition forte dans leur programme : enseigner l’écologie comme une matière principale, autant en classe qu’en pleine nature, pour préserver la vie et s’adapter aux bouleversements écologiques !

Ainsi, nous lançons cet appel national et nous souhaitons très concrètement que :

  • l’écologie soit une nouvelle matière scientifique enseignée dès le plus jeune âge à l’école, pour développer la conscience de l’enfant sur les relations entre les êtres vivants et l’accompagner sur l’adaptation aux changements climatiques
  • l’écologie soit enseignée en classe et au cœur du vivant, en pleine nature pour observer et expérimenter au plus proche des espaces naturels
  • l’écologie se décline aussi dans toutes les autres disciplines enseignées (transversalité) et tout au long de la scolarité et des études (continuité)
  • l’écologie enrichisse un écosystème dans lequel grandissent des enfants bienveillants envers eux-mêmes, entre eux et envers le vivant

Entre autres…

Retrouvez l’intégralité de la tribune sur le site de FranceInfo

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.