Le verbatim de… Jean-Philippe Dugoin-Clément (UDI)

Temps de lecture estimé : 3 minutes

 

« Répondre à la crise du logement pour rendre du pouvoir d’achat aux Français »

Parmi les corollaires de la crise économique et sanitaire, l’aggravation de la crise du logement inquiète, qu’il s’agisse d’accès ou de prix. Et là encore, les classes populaires et moyennes subissent le plus gros du choc. De fait, le logement et l’habitat devraient compter aujourd’hui parmi les préoccupations majeures de la classe politique. À cet égard, dans une tribune pour L’Opinion l’élu de l’UDI Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président d’Ile-de-France et maire de Mennecy (91), propose une réponse directe à la crise du logement et, potentiellement, un Grenelle du logement et de l’habitat.

Le constat est sans appel : l’accroissement des prix du logement dépasse celui des revenus en France. Et la crise de l’accès à l’habitat décent contribue à une urgence à laquelle les politiques publiques se doivent de répondre. Selon l’auteur de la tribune, il en va d’une « obligation morale et sociale pour permettre aux Français de vivre dignement et une réponse aux craintes qu’ils ont pour leur niveau de vie ».
Parmi les choix dommageables, l’élu UDI cite celui de la suppression de la taxe d’habitation par le gouvernement Macron. Un choix qui aurait « grippé la machine », notamment en rendant plus flou le lien entre recettes des communes et gestion des parcs immobiliers et de l’habitat local. Une solution : redonner la main aux élus locaux et relancer la construction au niveau local. Un autre exemple est celui de l’attribution des logements sociaux, qui soulève de nombreuses polémiques, dont la gestion se fait sans territorialisation des demandes. Un processus qui crée de nombreuses incompréhensions en bout de chaîne et favorise les dérives. Jean-Philippe Dugoin-Clément va plus loin en proposant que l’attribution des contingents Etat et Action logement – qui gèrent respectivement 30 % et 50 % des attributions – soit déléguée aux communes.
Surtout, il est nécessaire de lutter contre la sous occupation de certains logements. Une anomalie dans un pays qui manquerait de logements. Pour instaurer une dynamique de la location « durable », la fiscalité apparaît comme le meilleur levier, pour créer un cercle vertueux. Dit plus simplement, il s’agirait de rendre la fiscalité de la location durable plus avantageuse que la location temporaire ou touristique, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

En définitive, la crise du logement est multiple, et les réponses à celles-ci doivent être complètes. D’autant plus dans ce contexte de crise sanitaire qui s’ajoute aux dynamiques d’augmentation de la population, de fragmentation de la cellule familiale et d’allongement de la durée de vie.

Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France (UDI)

Depuis vingt ans, les prix du logement ont augmenté beaucoup plus vite que les revenus. Une réalité qui frappe de plein fouet les classes moyennes et populaires, pour lesquelles il s’agit du premier poste de dépense. Nous devons donc faire du logement l’une des priorités de nos politiques publiques. Après le Grenelle de l’environnement, initié par Jean-Louis Borloo, pourquoi ne pas imaginer le Grenelle du logement et de l’habitat ? Et parce qu’il y a urgence, agissons aussi dès maintenant avec pragmatisme.

Lacrise du logement est encore trop peu prise au sérieux par nos grands élus et ceux qui ont les moyens d’agir au plus haut sommet de l’Etat. Comme vice-président de région en charge du logement et maire d’une petite commune de grande couronne, je mesure chaque jour les défis à relever pour offrir un logement décent, en particulier à ceux qui ont le moins de moyens. La relance du logement est une obligation morale et sociale pour permettre aux Français de vivre dignement et une réponse aux craintes qu’ils ont pour leur niveau de vie.

Rétablir un lien dynamique et pérenne entre recettes des communes et évolutions de population

Historiquement, le moteur de la construction de logements reposait sur la taxe d’habitation. Sa suppression et l’absence de visibilité sur sa compensation ont grippé la machine. En tant que maire, je le vis au quotidien : sans nouvelles ressources, comment financer les écoles, les crèches, les centres de loisirs, les équipements sportifs, sociaux et culturels nécessaires à une bonne qualité de vie ?

Les primes aux maires bâtisseurs sont de simples effets d’aubaines pour des projets qui se seraient faits de toute façon. Personne n’aura le courage politique de revenir sur la suppression de la taxe d’habitation. Nous devons donc relancer la construction au niveau local en récréant un lien dans le temps entre les recettes des communes et l’évolution de leurs populations.

Confier aux maires la gestion des attributions de logements sociaux

Les attributions de logements sociaux sont confiées aux communes pour 20 % d’entre eux, à l’Etat pour 30 %, les 50 % restants étant répartis entre Action logement, les bailleurs sociaux, les départements et les régions. Or la gestion des contingents Etat/Action logement se fait sans territorialisation des demandes. Les maires se retrouvent alors confrontés à l’incompréhension des foyers en attente d’un logement et qui ne peuvent bénéficier de nouvelles constructions dans leur commune.

(…)

Sécuriser les propriétaires et rendre fiscalement la location pour habiter plus intéressante que la location touristique

Nous manquons de logements et pourtant certains restent inoccupés car, grâce aux garanties offertes par les plateformes de location en ligne, il est parfois plus rentable et plus sûr pour les propriétaires de louer temporairement leur bien plutôt que d’y installer durablement un locataire.

Utilisons le levier de la fiscalité pour créer un cercle vertueux entre propriétaires et occupants en faveur de la location « durable ». Mécanisme à coupler avec un système de garantie automatique des loyers impayés pour les propriétaires s’engageant sur une mise en location accompagnée d’un loyer plafond, à l’identique de ce que proposent les plateformes de location du type Airbnb.

(…)

Retrouvez l’intégralité de la tribune ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.