Oui, le marché de la voiture électrique a un boulevard devant lui…

Temps de lecture constaté 3’

L’État a annoncé une aide globale de 100 millions d’euros pour soutenir le déploiement de nouvelles stations de recharge pour voitures électriques. L’enveloppe récompensera les sociétés qui œuvrent dans cette direction.

Le marché automobile a, en Europe, fortement souffert de la crise. Mais si l’on affine, les ventes de véhicules hybrides ou électriques ont, elles, sorti le grand jeu en 2020 ! Et pour accompagner au mieux cette effervescence, l’État a promis une enveloppe globale de 100 millions d’euros… à destination des sociétés qui participeraient à l’installation et au développement des stations de recharge pour véhicules électriques sur les grands axes routiers français. La transition se poursuit.

Accompagner – encore et encore – ce basculement vers les véhicules électriques. Dimanche 14 février, dans un décret paru au Journal Officiel, l’État a annoncé une aide de 100 millions d’euros qui servira au déploiement de nouvelles stations de recharge pour voitures électriques : l’aide sera « versée aux entreprises qui réalisent un investissement relatif à une activité de service de recharge pour véhicules électriques sur les aires de services situées sur le domaine public autoroutier et sur le domaine public du réseau routier national ». Derrière, le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a rappelé les ambitions françaises : le pays compte 440 aires de service sur son réseau routier national, dont environ 140 équipées en bornes de recharge, « mon objectif, c’est que d’ici à la fin 2022, elles soient toutes équipées en bornes de recharge très rapide, soit une recharge en une vingtaine de minutes », prévoit le ministre. Sur les aires d’autoroute où un plein, avant paiement et dégagement, payé par carte sur le distributeur, ne dépasse généralement pas deux ou trois minutes, cinq si l’automobiliste prend tout son temps (source Avem), il va falloir déployer…

Un phénomène croissant
Covid ou pas, en 2020, les ventes de voitures électriques ont doublé en Europe. À en croire les chiffres de l’Association des constructeurs européens (ACEA), les ventes des véhicules hybrides rechargeables, elles, ont même triplé ! Au total, presque 540 000 voitures électriques auraient été vendues en 2020 en Europe – et 507 000 véhicules hybrides rechargeables. Une demande dopée aussi par la nécessité – pour de nombreux·ses automobilistes – de s’équiper d’un nouveau véhicule pour continuer à entrer dans certaines métropoles comme Copenhague, Bruxelles ou Paris, trois villes qui ont interdit leur centre aux véhicules les plus polluants. Chez les constructeurs aussi, la production doit se caclculer au gré des normes européennes : rester dans les clous pour éviter de fortes amendes !

Si l’électrique a le vent en poupe en Europe, il connaît a fortiori un succès grandissant en France. Puisque le marché français de la voiture électrique a passé pour la première fois le cap des 100 000 immatriculations l’année passée. Les ventes d’électriques et d’hybrides rechargeables devraient ainsi bondir de 30 % par an en moyenne dans l’hexagone. Et atteindre un quart du marché total en 2025 contre 10 % aujourd’hui. « Aux côtés du Royaume-Uni et de l’Allemagne, la France pourra alors se targuer d’être l’un des grands pays les plus avancés en matière d’électromobilité », soulignait début février Xerfi. Pour rappel, en octobre 2020, le gouvernement avait annoncé un objectif de 100 000 points de recharge ouverts au public d’ici à la fin 2021.

Quelques réticences subsistent…
Et parmi elles : la question du prix ! Pas mal de marques ont en tête de passer sous la barre des 25 000 euros. Mais c’est un cercle vertueux, plus les automobilistes passeront aux véhicules électriques, plus les prix à l’achat diminueront : « Il y a un effet de masse et les prix décroissent », souligne Éric Esperance du cabinet Roland Berger, « à partir de 2023, on va s’aligner sur le prix d’usage des modèles essence et il n’y aura plus besoin de primes », diagnostique-t-il. Pour d’autres automobilistes, on attend tout simplement plus de recharges au bord des routes, l’autonomie des véhicules électriques a de quoi  n inquiéter certain·es encore. Le passage global à l’électrique ne serait donc qu’une question de temps… GW.

PS : top 10 des voitures électriques vendues en France en 2020 (nombre d’immatriculations) :

  • Renault ZOE (37 409)
  • Peugeot e-208 (16 557)
  • Tesla Model 3 (6 477)
  • Hyundai Kona (5 156)
  • Kia e-Niro (5 089)
  • Volkswagen ID.3 (4 187)
  • Nissan Leaf (3 395)
  • Peugeot e-2008 (2 933)
  • DS DS3 Crossback (2 710)
  • Mini Electric (2 481)

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.