Confinement : les ménages français adoptent une consommation plus responsable !

Temps de lecture constaté 2’50

Les Français·es davantage tourné·es vers les produits locaux et made in France. Mais le prix reste un obstacle.

On dit souvent que dans chaque crise, il faut retenir le positif. Et si le confinement du printemps avait transformé la consommation des Français·es ? Plus durable et responsable ? En tout cas, c’est ce que laisse entendre la première étude publiée mardi 24 novembre par le nouvel observatoire Alimentation et Familles de la fondation Nestlé, avec Ipsos. Nos concitoyen·nes consommeraient plus de produits locaux, se porteraient davantage sur le bio et feraient globalement plus attention à la qualité des produits achetés. Un sondage Opinionway le confirme. Quelques chiffres.

« Il y a vraiment eu, pendant le confinement, une accélération de la volonté de consommer responsable. La crise de la covid a souligné l’envie de cuisiner, de partager un repas plus sain qui se traduit par le fait de manger plus varié et durable », dixit Pierre-Alexandre Teulié, secrétaire général de la Fondation Nestlé. Un bol d’optimisme en cette période rongée par ce fichu Sars-CoV-2. Les Français·es feraient plus attention à leur consommation et à leur alimentation.

Plus de produits locaux, le made in France en vogue
Il ressort de l’étude publiée par Alimentation et Familles de la fondation Nestlé que plus de la moitié des Français·es (51 %) affirment préférer se tourner vers des produits locaux ou made in France : « Dans leurs façons de cuisiner, les Français·es ont confirmé pendant le confinement des pratiques sur lesquelles ils avaient déjà mis l’accent avant la crise. Pour le futur, ils souhaitent d’abord privilégier une alimentation plus locale et brute », peut-on lire dans l’étude. Un phénomène observé également par un sondage réalisé par Opinionway où les consommateur·rices privilégieraient les circuits courts. « Quand on fait sa cuisine, on est incité à privilégier les circuits courts pour trouver des produits de qualité. Sur le terrain, les producteur·rices constatent la venue de 10 à 30 % de client·es en plus », analyse Yuna Chiffoleau, directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique  (Inrae) qui mène une étude nommée Manger au temps du coronavirus.

L’attrait pour le bio a également été constaté. Ainsi que l’implication dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. D’après la première étude, près de 48 % des Français·es affirment plus souvent ou nouvellement faire plus attention au gaspillage alimentaire. Côté environnement, plus de 40 % déclarent même réduire leurs achats lorsque les produits se retrouvent emballés dans du plastique.

Des obstacles à la consommation responsable
Pour certain·es, et sans doute les plus modestes d’entre nous, consommer responsable, local, et made in France paraît inaccessible. En raison notamment du coût induit. Un·e Français·e sur deux estime que manger équilibré est trop cher ! « Le prix est un sujet de préoccupation majeure amplifié par la crise sanitaire : 45 % des Français·es déclarent être inquiet·ètes par la situation financière du foyer depuis le début de la crise », précise l’étude.

Enfin, seconde contrainte : le temps. Les ménages français ne se seraient-ils pas dirigés vers une consommation marquée par le « fait maison » parce qu’ils ont trouvé davantage de temps pour le faire durant le confinement ? Une des solutions pour contourner cet obstacle, le batch cooking, cette tendance à préparer ses repas le week-end pour toute la semaine ! Reste à savoir si ce nouveau profil de consommateur·rices relève du provisoire ou s’ancrera dans notre quotidien. Le déconfinement pourrait bien donner un élément de réponse. GW.

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.