Les dirigeants se préoccupent de leur RSE

Neuf dirigeant/es d’entreprise sur dix estiment que les entreprises ont un rôle important à jouer dans la transition écologique et sociale. Plus important que les pouvoirs publics. Ils/elles se disent d’ailleurs motivé/es par des considérations d’ordre social et écologique : 95 % sont persuadés que développer un modèle d’entreprise où il fait bon travailler constitue un important facteur de motivation pour eux-mêmes. Une quasi-unanimité (93 %) veulent créer des emplois et développer une activité soucieuse de l’environnement. À condition de n’avoir pas à y consacrer une part importante de leur chiffre d’affaires (pas plus de 3 %) ! La moitié des sondés déclarent avoir entendu parler de l’inscription d’une « raison d’être » dans les statuts de l’entreprise selon la loi Pacte. Mais seuls un quart voient clairement ce dont il s’agit ! 88 % sont prêts à changer certaines pratiques dans leur entreprise pour mieux prendre en compte des enjeux sociaux et environnementaux. Prêts aussi à consentir des hausses de salaires si l’entreprise se développe et favoriser les achats responsables.

Mais ils se déclarent aussi très largement prêts à revoir leur fonctionnement pour favoriser la transition écologique, à privilégier un mode de management plus participatif, à investir sur leur territoire ou à intégrer davantage les salariés dans les instances de décision. Mais entre bonnes intentions et réalité, subsiste un grand écart : la proportion de dirigeants prêts à concrétiser de tels efforts ne dépasse jamais 35 %. Des freins existent, financiers en premier lieu pour 48 % d’entre eux.

Sondage Harris Interactive sur la RSE par les entreprises françaises pour Aesio et Le Mouves réalisé en décembre 2018 auprès de 200 entreprises.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.