Le verbatim de… huit associations qui prônent l’engagement de la jeunesse

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 2’30

Huit associations en appellent à l’engagement de la jeunesse, perçue comme la spécialiste de l’abstention.

La prochaine élection présidentielle approche, même si tous·tes les candidat·es ne se sont pas encore – officiellement – présentés. Les jeunes, eux·elles voteront-ils·elles davantage ? Car la jeunesse française ne se rend que très peu aux urnes. Près de 85 % des 18-24 ans n’ont pas voté lors du premier tour des dernières élections régionales et départementales – alors certes en présence du syndrome Sars-CoV-2. Mais en 2017, par exemple, seulement 1 électeur·rice sur 5 parmi les moins de 29 ans est allé·e voter de manière systématique aux élections législatives et présidentielle. C’est peu.

De là, huit associations – Les Jeunes Normands conquérants, Génération d’avenir, Le Parlement des étudiants, les Jeunes de France, Les Engagés, Comidée, Pass’ Politique et l’Association des jeunes élus de France – ont signé un manifeste qui appelle à l’engagement des jeunes. Un engagement sous toutes ses formes. Aller voter est un acte de mobilisation. Mais un parmi d’autres.

« Jeunes, engagez-vous ! »
Comment peut-on s’intéresser et prendre part à quelque chose alors qu’on ignore tout d’elle ? L’instruction civique – aujourd’hui en panne – ne forme plus suffisamment les citoyens, laissant au déterminisme social la liberté de choisir les votants de demain.

Il pèse alors un risque majeur pour la France : son taux d’abstention est destiné à atteindre un niveau insoutenable lorsque la génération du baby-boom – aujourd’hui surreprésentée parmi les votants – ne sera plus.

Il est donc nécessaire et même urgent de valoriser l’engagement politique, le vote et l’implication directe dans les formations partisanes et les associations. Les jeunes d’aujourd’hui et de demain doivent impérativement reprendre le chemin de la curiosité civique : sans ce choc des consciences, il en va de la survie de la démocratie française et de l’existence de ses citoyens.

La bataille est loin d’être perdue : des jeunes se mobilisent pour inverser la tendance et refuser l’inertie. Tant d’exemples existent dans notre pays, à l’image des Jeunes Normands conquérants qui organisent dans leur région des rencontres avec les acteurs du territoire et développent des propositions de politiques régionales, du mouvement Les Engagés œuvrant dans les grandes villes à la réconciliation entre la jeunesse et la politique en organisant des débats, conférences, visites institutionnelles… Citons également Le Parlement des étudiants qui simule des séances parlementaires, Comidée qui permet de construire des propositions concrètes et citoyennes à défendre auprès des pouvoirs publics ou encore le média Pass’Politique qui cherche à susciter l’intérêt des jeunes pour la vie politique en la vulgarisant.

Albert Camus affirmait en son temps : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. » Cette citation, toujours d’actualité, ne peut qu’inspirer notre envie d’agir.

Retrouvez l’intégralité de la tribune publiée sur le journal Le Point

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.