L’âge, sujet de discrimination en entreprise ?

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 1’30

55 % des jeunes actifs estiment avoir déjà été victimes de discrimination.

Les jeunes sont inquiets. Selon une enquête menée par le cabinet Occurrence pour Diversidays, leur âge demeure le principal sujet de discrimination en entreprise. Devant le genre ou encore l’appartenance ethnique. Plus sensibles aux questions de diversités, ils souhaitent une politique d’entreprise plus engagée en matière d’inclusion.

Il ne fait pas bon être jeune dans le milieu du travail. Une étude réalisée par le cabinet Occurrence pour Diversidays, en partenariat avec PwC, révèle que les jeunes salarié·es s’estiment plus sujet·tes à une situation de discrimination en raison de leur âge.

L’enquête sur la diversité au travail a été menée en ligne, entre le 14 et le 28 juin 2021, sur 1 000 salarié·es du secteur privé et 318 jeunes qui exercent leur premier emploi ou suivent une formation en alternance. Elle visait à obtenir le sentiment des interrogé·es sur le sujet de l’inclusion et de la diversité au sein de leur entreprise.

« Les jeunes sont en attente sur ce sujet »
Surprise, en matière de discrimination, c’est bien la question de l’âge qui supplante toutes les autres inquiétudes. 45 % des jeunes actif·ves craignent que leur âge ne soit propice à la discrimination en entreprise. Notamment au moment du processus de recrutement. Un sentiment partagé par 35 % des seniors interrogé·es dans le cadre de la même enquête. Pour ces deux populations, cette inquiétude supplante la peur d’être discriminé·e en raison de leur apparence physique, de leur genre ou de leur origine ethnique ou géographique.

Le sujet de la discrimination paraît être plus important chez les jeunes, potentiellement plus éduqués et sensibles aux questions de diversité. « Cette enquête confirme combien les jeunes sont en attente sur ce sujet, bien plus que leurs aîné·es », a déclaré Assaël Adary, président de l’Institut Occurrence à France Inter. 95 % souhaitent plus d’engagement de leur entreprise dans le domaine de l’inclusion. En outre, 76 % des plus jeunes salariés racontent avoir été témoins d’au moins une situation de discrimination sur leur lieu de travail, contre 66 % des autres salarié·es.

Des progrès à faire…
Plus inquiétant, 55 % des jeunes actif·ves estiment avoir déjà été victimes de discrimination en entreprise. Au total, 47 % des interrogé·es partagent ce constat. Dans les solutions évoquées, sept salarié·es sur dix se disent favorables aux quotas, qu’ils·elles pensent particulièrement efficaces en matière d’égalité femme-homme. En revanche, 24 % des dirigeant·es se montrent défavorables à cette méthode.

86 % des actif·ves interrogé·es souhaitent un engagement plus important de leur employeur sur le sujet de la diversité et de l’inclusion. Ils·elles ont attribué la note de 6,7/10 à la politique des entreprises en la matière. C’est au-dessus de la moyenne, mais des progrès restent à faire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.