Vite compris le 12 mars

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Temps de lecture constaté 2’50

Espagne : les livreur·ses à domicile seront présumé·es salarié·es Ce serait une première européenne ! Le gouvernement et les partenaires sociaux espagnols sont parvenus à un accord pour introduire dans le code du travail une « présomption de salariat » pour les livreur·ses à domicile de repas. Qui exercent notamment pour les plates-formes comme Deliveroo ou UberEats. Qui dit salariat dit ouverture à des droits sociaux : « Des milliers de travailleurs et de travailleuses seront des employé·es, les entreprises cotiseront pour eux·elles, ils·elles auront droit à toute la protection sociale qu’ils·elles n’ont pas aujourd’hui », a déclaré la ministre du travail, Yolanda Diaz. Voilà des années que ces livreur·ses à domicile se plaignent de leurs conditions de travail et de leur précarité… De quoi donner des idées à d’autres pays européens !

Classement HappyIndex School 2021 ChooseMyCompany a publié son classement HappyIndex School qui établit les établissements d’enseignement supérieur qui ont su, malgré la pandémie, prendre le mieux soin de leurs étudiant·es. Au global, 76 % des étudiant·es expriment une satisfaction globale vis-à-vis de leur école ou université, un chiffre qui diminue de 4 points par rapport à 2020 mais qui reste élevé… d’autant plus en pleine crise ! En revanche, sur leur avenir, les interrogé·es se révèlent moins optimistes que l’an passé. À l’affirmation « je pense trouver un emploi facilement à la sortie de mes études », ils·elles sont 8,5 points de moins qu’en 2020 à répondre favorablement, mais restent tout de même plus de 79 % à considérer que leur insertion se fera sans trop de difficultés. Parmi les écoles de commerce accréditées au HappyIndex School, le podium revient à l’EM Lyon, Audencia et Burgundy School of Business.

 Dans le cadre de la loi climat, les député·es donnent leur feu vert au « score carbone » • L’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi climat et résilience bat son plein. Le mardi 10 mars, les député·es ont validé la mise en place d’un affichage repensé qui entend mieux informer le·la consommateur·rice sur ce qu’il·elle met dans son panier. La mesure vise en particulier les informations relatives aux impacts environnementaux des produits et des services lors de l’achat. Une première victoire pour la Convention citoyenne pour le climat, et un sacré débat : ce premier article du texte de loi a suscité à lui seul plus de 900 amendements. Pour commencer, ce « score carbone » cousin du nutriscore va faire l’objet d’une expérimentation pour une durée de cinq ans maximum, avant obligation. Un délai trop long pour les écologistes. Il faudra attendre la fin de l’expérimentation de cet étiquetage écolo pour connaître la liste finale des biens et des services concernés par la future obligation, qui sera fixée par décret.

Le vaccin AstraZeneca suspendu au Danemark, en Norvège et en Islande • Pendant que les campagnes vaccinales européennes et françaises s’accélèrent, plusieurs pays européens lèvent le pied. Le 11 mars, les autorités danoises, norvégiennes et islandaises ont pris la décision de suspendre l’utilisation du vaccin britannique AstraZeneca sur leur territoire en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins chez certains patient·es vacciné·es. Une nouvelle polémique autour du vaccin AstraZeneca, suspendu jusqu’à nouvel ordre dans ces trois pays. En outre, six autres pays européens ont également suspendu partiellement l’utilisation du vaccin, en préférant ne pas exploiter des lots de doses suspects. C’est le cas de l’Autriche, de l’Estonie, de la Lituanie, de la Lettonie, du Luxembourg et de l’Italie. Si une enquête de l’Agence européenne du médicament assure qu’il n’existe aucun lien entre le vaccin d’AstraZeneca et le décès en Autriche à l’origine de la mesure, le doute se répand.

Pour aider la montagne, la Haute-Savoie débloque 10 millions d’euros • Oui, il y a eu le plan de quatre milliards d’euros pour soutenir notamment les stations de ski qui souffrent de la fermeture des remontées mécaniques. Une mesure suffisante ? En Haute-Savoie, qui abrite 50 stations de sport d’hiver, le conseil départemental a décidé un plan d’aides d’urgence de 10 millions d’euros, qui se répartira en 3 volets : 8,5 millions iront aux collectivités, 1,2 million aux ski-clubs et 400 000 euros aux jeunes saisonniers.

L’industrie se remet sur les rails • C’est l’une des bonnes surprises du moment : après une année noire, l’industrie française se relève. Selon l’Insee, elle retrouve même quasiment ses niveaux d’avant crise. En janvier, la production manufacturière a ainsi grimpé de 3,3 % dans l’hexagone, et se situe désormais « seulement » 2 % en dessous de son niveau de fin 2019. Depuis la chute du deuxième trimestre 2020 (jusqu’à – 27,9 % pour la production manufacturière), l’industrie va mieux que prévu. Et les carnets de commandes se remplissent de nouveau et atteignent presque leur moyenne de long terme, selon une enquête de la Banque de France. Un rebond visible partout dans le monde, grâce à la reprise du commerce international, et au retour de l’Asie dans le jeu. Durant le dernier trimestre de 2020, les exportations françaises vers le continent asiatique ont ainsi progressé de 13 %. De bon augure pour la suite de 2021.

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.