Alliance stratégique entre l’ESSCA et l’EFREI

L’ESSCA, grande école de management et l’EFREI Paris, grande école d’ingénieurs, ont décidé de mettre en place un projet d’alliance stratégique durable qui vise à former des experts dotés de doubles compétences. Les deux écoles innovent en ouvrant la possibilité d’obtenir un double diplôme, celui d’une école de management et d’une école d’ingénieurs, accessibles toutes deux après le bac. Un bachelor en marketing digital est également créé. « Il ne s’agit pas d’une fusion ou d’un simple partenariat, mais d’une alliance stratégique durable », a précisé Frédéric Meunier, directeur d’EFREI Paris. Cette alliance stratégique, qui mêle l’ingénierie et le management, répond à l’émergence de nouvelles formes et de nouveaux rythmes de travail, ainsi qu’à la transversalité et l’adaptation exigées dans un environnement évolutif où les entreprises sont à la recherche d’experts dotés de doubles compétences. Les deux écoles souhaitent créer des groupes de réflexion communs afin de mettre en place de nouvelles méthodes pédagogiques novatrices ; rapprocher leurs laboratoires de recherche respectifs ; et enfin renforcer l’entrepreneuriat, un des fers de lance des deux écoles. Cette alliance stratégique se concrétise dans une alliance pédagogique, qui a notamment pour but de mettre en commun la double expertise management/ingénierie au service des étudiants et des entreprises qui les embaucheront. De cette alliance sont nés deux programmes construits et pensés en commun : le bachelor et le programme grande école. Les doubles diplômes entre écoles de management et d’ingénieurs sont courants mais la spécificité de ces cursus est d’être proposée dès le début des études afin que l’hybridation soit réelle et que les étudiants puissent développer, en six ans, un fort esprit d’appartenance aux deux établissements. Des projets en commun seront proposés aux étudiants inscrits dans ces deux programmes. Ce double cursus suppose en effet un allongement des études d’une année. Il concerne davantage les « bac S ou ES option maths, qui ont une appétence pour les mathématiques financières, la finance quantitative par exemple mais aussi les scientifiques qui hésitent entre une école de management ou d’ingénieurs », explique Samir Ayoub.

Source : ESSCA

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.