L’ambition féminine reste fortement influencée par une hiérarchie… majoritairement masculine

C’est prouvé : les entreprises dotées d’un personnel hétéroclite sont plus performantes que celles qui sont moins tournées vers la diversité et l’intégration. Le cabinet Hays, leader mondial du recrutement spécialisé, s’est intéressé plus spécifiquement aux femmes dans l’entreprise, et a publié le 22 juin son rapport consacré à la mixité au travail. Cette étude, entièrement réalisée en France, se focalise sur l’ambition féminine et tente d’expliquer pourquoi les femmes ont encore des perspectives d’évolution de carrière et des rémunérations moins importantes que les hommes, malgré des niveaux d’ambition équivalents. Les fait saillants sont les suivants :

  • Une sous-représentation des femmes parmi les postes à responsabilités : près de 68% des candidats interrogés dans le cadre de l’étude déclarent avoir un homme comme supérieur hiérarchique, et 87% affirment que la plus haute fonction au sein de leur entreprise est occupée par un homme.
  • Les femmes françaises sont tout aussi ambitieuses que leurs homologues masculins. Plus de 30% des personnes interrogées, hommes et femmes confondus, souhaitent atteindre une fonction de « directeur » pour considérer leur carrière comme « réussie ». Et si seules 5% des femmes souhaitent occuper un poste de DG/PDG (contre 12% des hommes), elles sont en revanche plus nombreuses à convoiter un poste de manager (35% des femmes contre 22% des hommes), qui leur permettrait d’atteindre leurs ambitions tout en assurant un meilleur équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle. Cet écart entre ambition et réalité peut être expliqué par plusieurs facteurs, de natures diverses : une première explication est sans doute à aller chercher du côté de « l’auto-censure ». En 2017, seules 58% des femmes (contre 63% des hommes) estiment avoir l’occasion de s’autopromouvoir et de communiquer sur leurs ambitions. A compétences égales, les inégalités salariales perdurent… Cela prouve que les hommes ont tendance à minimiser le manque d’égalité des sexes dans le monde professionnel.

Source : Hays

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici