EKnos fonctionne comme une bibliothèque numérique

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Qui ? eKnos
Quoi ? plus de 1 800 ouvrages disponibles sur une plate-forme à destination des étudiants et professeurs de l’enseignement supérieur

« J’ai travaillé pendant près de quinze ans dans le conseil aux entreprises pour qu’elles négocient au mieux leur transformation digitale, avant de rejoindre les éditions Ellipses en tant que directeur des opérations, c’est là-bas que j’ai rencontré Josquin [Benezet, ndlr] », raconte Sébastien Laroche. Alors forcément, de cette union entre le numérique et l’édition… ressort eKnos, start-up fondée en 2021. Une aubaine pour les étudiants en quête rapide d’ouvrages spécifiques, les révisions n’attendent pas !

Le marché du livre numérique progresse. « On passe d’une société de possession à un mode d’usage. On ne possède plus mais on loue… des transports, de la musique, des films », rappelle Sébastien Laroche. Pas faux – suffit de regarder le succès de certains mastodontes en la matière, Netflix, Spotify, Amazon Prime Video, etc. Alors pourquoi pas les livres ? Un monde bien plus lent à opérer, lui aussi, sa transition numérique. Mais la pandémie a accéléré la prise de conscience d’une nécessaire numérisation de… presque tout. eKnos naît à l’initiative des deux anciens d’Ellipses, Sébastien Laroche et Josquin Benezet. L’objectif ? créer une plate-forme d’ouvrages numériques à destination des étudiants et professeurs du supérieur sous forme d’abonnement.

Un modèle parfaitement adapté aux étudiants

Pour un étudiant, se rendre à la bibliothèque représente parfois une triple contrainte : se plier aux horaires d’ouverture, dépendre de la disponibilité d’un bouquin… et ne pas pouvoir le griffonner en révisant ! Eh oui, les étudiants travaillent souvent tard le soir, « quand les librairies et les bibliothèques sont fermées », ont constaté les deux entrepreneurs auprès de nos confrères de l’Usine Digitale. Quand ils se rendent sur la plate-forme, les étudiants (et même les professeurs) ont le choix : mathématiques, économie, informatique, histoire, géographie, langues, philosophie, physique… tout y passe !

Sébastien Laroche, co-fondateur d’eKnos

Quand ils révisent, ces étudiants-là ont souvent un usage éphémère des ouvrages. Tel bouquin pour une discipline spécifique telle année… parfois une ou deux pages seulement seront utiles pour eux alors qu’ils achèteront le bouquin en entier, « c’est absurde », défend Sébastien Laroche. Avec eKnos, les jeunes peuvent louer des livres et les utiliser comme ils l’entendent : sur PC, tablette, smartphone ou liseuse, et il est possible d’annoter le texte ou de surligner certains passages – bref tout ce que l’on a tendance à faire lorsque l’on apprend ! Le co-fondateur d’eKnos en est convaincu : « On ne remplacera pas les bibliothèques, à plus long terme je crois davantage à une relation de complémentarité plutôt que de substitution. »

Combien ça coute et quels projets demain ?

Que l’on soit étudiant en droit ou en physique, eKnos a mis en place la même offre tarifaire. Un abonnement mensuel et sans engagement fixé à 19,99 euros. Ou un engagement sur six mois (100 euros) ou un an (150 euros). Plutôt avantageux lorsque l’on connaît les prix des ouvrages des études supérieures… derrière l’abonnement, eKnos propose une sélection variée de livres, en fonction du type de formation de l’étudiant (prépa commerciale, école d’ingénieur, etc).

Pour l’heure, seuls les deux fondateurs travaillent au sein de l’entreprise. « Un community manager s’apprête à nous rejoindre pour développer notre communication et les réseaux sociaux », nous confie Sébastien Laroche. Surtout, la jeune pousse se devra, si elle veut grandir, de développer des partenariats – Intégrale Prépa est notamment dans le viseur ainsi que des bibliothèques. Non l’ouvrage papier de 400 pages spécialité physique-chimie, plus lourd que certains étudiants, n’a pas vocation à disparaître… mais il évolue, tout simplement.

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.