Cash Piscines, pour des bassins écolos et économes

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Frédéric Guyot, directeur général de l'enseigne Cash Piscines
Frédéric Guyot, directeur général de l’enseigne Cash Piscines (Crédit : Cash Piscines)

Qui ? Cash Piscines

Quoi ? Une entreprise qui promeut l’auto-construction de piscines plus responsables chez les particuliers.

Une fois n’est pas coutume, l’entreprise de la semaine n’est pas une start-up. Cela fait presque 25 ans que Cash Piscines œuvre sur un marché en constant boom. Et avec ses quelque 265 millions de chiffre d’affaires en 2023, il s’agit même d’un leader dans son secteur.

Alors pourquoi en parler ? Eh bien parce qu’en deux décennies, Cash Piscines n’a jamais cessé de se réinventer. « C’est une constante. On n’attend pas de grandes révolutions, on innove chaque année un peu plus », nous confie d’ailleurs Frédéric Guyot, directeur général de l’enseigne.

Moins de coûts financiers…

Cash Piscines, c’est donc 17 000 pièces détachées et kits en vente pour monter soi-même son bassin. L’objectif ? Démocratiser l’utilisation de piscines pour des ménages qui, jusqu’alors, pensaient que se baigner chez soi était réservé à une élite.

« Il y a 25 ans, il n’y avait pas d’enseigne qui promouvait l’auto-construction de piscines. C’est pourtant le moyen le plus efficace d’avoir un bassin à moindre coût. Il n’y avait pas non plus d’enseigne de conseils, ni d’enseigne pour l’autoréparation », se souvient Frédéric Guyot. Il explique ainsi le succès Cash Piscines par cette capacité qu’a eu l’entreprise à « disrupter » son marché.

Aujourd’hui encore, c’est dans les nombreux points de ventes de l’enseigne que la majorité des particuliers viennent chercher des conseils pour avoir le meilleur bassin au meilleur coût. « On a 3 millions de visiteurs par an », argue à ce propos le directeur général.

… Et écologiques !

Et évidemment, aujourd’hui la question du gaspillage de l’eau se pose plus que jamais. Bien plus d’ailleurs qu’il y a deux décennies. Alors, encore une fois, Cash Piscines met en œuvre ses compétences et ses années d’expérience pour guider le marché vers un emploi plus responsable de l’« or bleu ».

« La piscine, c’est 0,12 % de la consommation nationale d’eau. Que ce soit les nouveaux bassins qui sont créés chaque année ou ceux que l’on remplit. Et chez Cash Piscines, on pense qu’on peut encore réduire cet impact avec de meilleurs gestes et de la pédagogie », estime Frédéric Guyot.

Dernière nouveauté en la matière : la bâche « Hexabulle », qui, de par la forme hexagonale de son revêtement, empêche l’évaporation de l’eau. Frédéric Guyot en vante les mérites mais n’en oublie pas le rôle prépondérant de son enseigne pour l’adoption de ce type de produits : « Nous sommes aussi là pour prodiguer les bonnes pratiques à nos clients. Certains ne savent pas qu’il faut bâcher leur bassin l’été par exemple. C’est à nous de les informer et de les guider vers les bons produits ».

« La qualité, c’est obsessionnel »

Alors pour étendre sa marque et évangéliser les bonnes pratiques en matière de piscines, Frédéric Guyot peut s’appuyer sur un réseau de « commerçants-entrepreneurs », comme il les appelle lui-même.

Ils sont ainsi une équipe de 25 adhérents-affiliés qui gèrent l’ensemble des points de vente Cash Piscines avec une obsession : celle de la qualité. « On a un très haut niveau d’avis Google. On approche des 4,5 pour une enseigne technique. Pour les mesures NPS, on se situe, suivant les mois, entre 70 et 80 », se félicite d’ailleurs Frédéric Guyot.

Cash Piscines, c’est alors l’assurance d’avoir les meilleurs conseils et le meilleur service client pour son bassin : « C’est notre seul métier », résume le directeur général.

Et pour la suite, les ambitions fourmillent. D’abord en France, où l’enseigne investit de plus en plus dans les régions du Nord, jusque-là délaissées pour des raisons météorologiques évidentes. Mais aussi au-delà des frontières où la cadence s’accélère. En Belgique, notamment. À tel point que Cash Piscines va dépasser la barre symbolique des 150 magasins ouverts en France cette année. La démocratisation de la piscine a, alors, encore de beaux jours devant elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.