Elon Musk, l’homme qui valait 289 milliards

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 1’40

Selon Bloomberg, l’archi-milliardaire et fondateur de Tesla Elon Musk est désormais l’homme le plus riche de la planète.

Au jeu de la course folle des milliardaires, Elon Musk prend la tête. Devant Bezos, Arnault, Gates et consorts. Avec une fortune désormais estimée à quelque 289 milliards de dollars, trois fois rien, il s’impose comme la première fortune mondiale. Et ce grâce notamment à une capitalisation record de Tesla, son entreprise de véhicules électriques et solaires.

Les chiffres ont de quoi donner le tournis… Et pas qu’un peu. Tel un John Davison Rockefeller des temps modernes, Elon Musk affole les compteurs et accumule les milliards à la pelle. Le fondateur de Space X et de Tesla se classe devant les plus gros milliardaires de la planète : Jeff Bezos (Amazon), Bernard Arnault (LVMH), Bill Gates (Microsoft) ou encore Larry Page (Google). Ce patron mégalo de Musk pèse dorénavant à lui seul 289 milliards de dollars, selon Bloomberg. Soit plus que le groupe Nike, leader mondial de l’équipementier sportif, et qu’Exxon, le géant du pétrole états-unien. Délirant. Mais pas inexplicable. Car à y regarder de plus près, l’incroyable enrichissement de l’entrepreneur s’explique par deux facteurs principaux : des émoluments stratosphériques validés par les actionnaires de Tesla, et une capitalisation boursière du constructeur automobile qui atteint les sommets.

Émoluments XXXL
L’équation est simple : la fortune d’Elon Musk tient majoritairement à ses parts boursières chez Tesla (titres et stock-options), dont il détient plus de 20 % du capital total. Autrement dit, si Tesla grimpe en Bourse, les comptes en banque du patron s’envolent. Depuis 2018 et un accord passé avec les actionnaires du groupe automobile, le fondateur de Space X n’a en effet plus de salaire fixe ou variable. Mieux, il dispose d’un considérable programme de stock-options directement lié aux performances de Tesla. Et le package augmente avec le temps, au fil des douze paliers fixés par l’accord. À chaque fois qu’un palier est franchi (un tous les 50 milliards de dollars de capitalisation jusqu’à 650 milliards), 1,7 million de stock-options sont automatiquement versées à Musk, l’équivalent d’1 % du capital de la marque. L’avancée de palier en palier dépend de fait de la valorisation boursière de Tesla. Mais aussi de son chiffre d’affaires et de son résultat opérationnel. Autant dire que les perspectives d’enrichissement du patron s’annoncent pharaoniques.

Tesla flambe
D’autant plus que le constructeur de véhicules électriques a franchi un seuil historique en Bourse. Ce lundi 25 octobre, Tesla a dépassé les 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Une performance historique qui a permis à Elon Musk d’empocher 36 milliards de dollars supplémentaires en quelques heures. Tout simplement. Dans la foulée de ses performances folles, Tesla vaut désormais davantage que l’ensemble des autres grands constructeurs automobiles réunis. Ou encore 100 fois plus que Renault, pendant que Toyota, le numéro un en termes de véhicules vendus, n’atteint « que » 280 milliards de dollars sur les marchés.

Et le jeu de la surenchère est loin d’être terminé. Selon les accords actuels, si Tesla maintient de telles performances au cours des six prochains mois, Elon Musk pourrait toucher jusqu’à 20,3 millions d’actions Tesla. Soit l’équivalent de 203 milliards de dollars supplémentaires…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.