Le plan Griset des TPE pourrait-il s’appliquer à plus grande échelle ?

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture 2’40

Un expert de terrain à la tête d’un ministère professionnalisé et dépolitisé, ça donne un plan Indépendants a priori gagnant-gagnant. Faut-il en généraliser le principe ?

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Pour le ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises, Alain Griset, qui s’exprime longuement dans le numéro d’ÉcoRéseau Business à paraître le 7 novembre – il faut absolument que vous lisiez cette étonnante interview –, le job est fait. Son plan Indépendants qui touche quelque 3 millions d’entreprises, essentiellement des affaires unipersonnelles, « révolutionne » le statut, la vie, le devenir de commerçants, d’artisans, de microentrepreneur·ses jusqu’alors exposés à tous les aléas du quotidien, d’autant plus frappés par la crise du coronavirus.

Les voilà, à partir de 2022, quand les parlementaires auront ratifié ledit plan, mieux protégé·es en cas de liquidation – leurs biens personnels échappent au paiement de la dette –, mieux formé·es, admis·es à l’assurance chômage, au fil de quelque vingt mesures que le Président de la République s’est fait un plaisir de s’approprier le 16 septembre, quand il les a exposées devant un parterre de 600 représentants à La Mutualité.

Il s’agit sans conteste possible d’une avancée spectaculaire, même si des critiques fusent de la part des organismes bousculés par la réforme : rarement président de la République aura été à ce point applaudi ce jour-là. Et de la part de 3 millions d’électeurs potentiels, c’est un ticket que l’on ne refuse pas : Alain Griset qui était jusqu’en 2020 le représentant de ces petit·es patron·nes, petit patron lui-même, aura appliqué en ministre exécutif ce que le syndicaliste qu’il était demandait depuis des décennies ! Pratique !

N’y a-t-il pas là matière à réflexion politique pour les quinquennats à venir ?

Si un gouvernement admettait au conseil des ministres, les qualités, des hommes et des femmes de terrain, porteur·ses de revendications professionnelles dans tous les secteurs qui relèvent de vrais savoir-faire, santé, PME/ETI, agriculture et agroalimentaire, industrie, tourisme, recherche, des « plans » à la Griset fuseraient à qui mieux mieux, plébiscités par des millions de professionnel·les puisque concoctés par un ou une ministre issu·e de leurs rangs…

C’est ce que l’on nomme un gouvernement d’experts.
Il a l’avantage de purger les sphères dirigeantes de « politiques » venu·es hors-sol de la technocratie type ENA, cette même ENA que le président Macron tente de réformer, et qui ignorent pour la plupart tout des vrais métiers qu’ils et elles sont censé·es administrer.

L’Italie nous en a donné un exemple en 2011 quand le gouvernement Monti a nommé des experts, souvent des professeur·es, à des ministères jusqu’alors propriété des partis. Vingt ans plus tard, l’effet Berlusconi a remis la politique à l’heure : les technocrates étaient devenus des « politiciens comme les autres ».

Le précédent Griset augure peut-être en France d’une nouvelle vision de « traiter » les entreprises. Si un Olivier Véran, médecin, ne peut s’attaquer à la citadelle de la santé en praticien, mais bel et bien en politique, il n’est pas impossible que d’autres ministères liés à l’activité économique entrepreneuriale, en cas de quinquennat Macron 2, soient ainsi confiés à des gens de terrain. Les quelque 300 millions du chiffrage du plan Indépendants, vus comme investissement dans l’avenir, pourraient rapporter des milliards par son soutien à un tissu de microentreprises dans l’air du temps. Appliquons les mêmes régimes de soutien à l’ensemble des entreprises françaises en les impliquant dans la transition écologique, agitons et voyons le goût de la recette…

Le doyen de la tribu. Ai connu la composition chaude avant de créer la 1re revue consacrée au Macintosh d'Apple (1985). Passé mon temps à créer ou reformuler des magazines, à écrire des livres et à en traduire d'autres. Ai enseigné le journalisme. Professe l'écriture inclusive à la grande fureur des tout contre. Observateur des mœurs politiques et du devenir d'un monde entré dans le grand réchauffement...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.