L’année 2022 en quinze citations…

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Geoffrey Wetzel,
journaliste-chef de service

Guerre en Ukraine, décès de la reine Élizabeth II, Mondial au Qatar… retour sur 365 jours tumultueux. Voici l’an 2022 résumé en quinze citations.

Le rêve d’un dictateur. « J’ai pris la décision d’une opération militaire spéciale […] Nous nous efforcerons d’arriver à une démilitarisation et une dénazification de l’Ukraine », Vladimir Poutine, dans la nuit du 23 au 24 février.

Disque rayé. « Je ne suis plus le candidat d’un camp, mais le président de tous », Emmanuel Macron, réélu une nouvelle fois face à Marine Le Pen, lors du second tour de l’élection présidentielle en avril.

C’est grave docteur ? « Fin de citation, répétez la phrase », Joe Biden ne réfléchit plus, il exécute tout ce que le prompteur lui indique. Vraiment tout. Plus que jamais, l’état de santé du président américain inquiète…

London Bridge is down. « Nous pleurons profondément la disparition d’une souveraine chérie et d’une mère bien aimée. Je sais que sa perte sera profondément ressentie dans tout le pays, les royaumes et le Commonwealth, ainsi que par d’innombrables personnes dans le monde entier », Charles III, nouveau roi.

Révoltées, cheveux au vent. « Ce sont des femmes qui sont sur le devant des manifestations, c’est inédit », constate la professeure de sociologie Azadeh Kian, les Iraniennes se rebellent depuis le décès de Masha Amini contre un régime islamique d’un autre temps.

En panne de vérité(s). « Il n’y a pas de pénurie » de carburant, soutient Olivier Véran à propos des grèves dans les raffineries. Le nouveau porte-parole du gouvernement n’est plus à une bêtise près.

Un discours censé de Mélenchon, profitons-en. « Annie Ernaux, Nobel de littérature. On en pleure de bonheur. Les lettres francophones parlent au monde une langue délicate qui n’est pas celle de l’argent. », Jean-Luc Mélenchon, qui félicite l’écrivaine Annie Ernaux, française prix Nobel de littérature.

Sommes-nous libres si la liberté s’achète ? « L’oiseau est libre », Twitter racheté 44 milliards de dollars par Elon Musk, le serial entrepreneur qui se croit tout permis.

Ailleurs, la gauche n’est pas morte. « Vivent les peuples déterminés à être libres, souverains et indépendants ! Aujourd’hui au Brésil la démocratie a triomphé, félicitations Lula, je t’embrasse fort ! », se réjouit le président vénézuélien Nicolas Maduro, soulagé d’apprendre, au Brésil, la victoire de Lula face à Bolsonaro.

Blablabla. « La sobriété s’est imposée comme une nécessité […] C’est une nouvelle manière de penser et d’agir. Ce n’est pas une question de principe ou d’idéologie. Il en va de notre transition écologique, il en va de notre souveraineté, il en va de notre pouvoir d’achat […] Ensemble, nous traverserons l’hiver sans coupure et nous bâtirons une société plus sobre et décarbonée », dixit la Première ministre Élisabeth Borne.

Le bateau qui a fait tanguer l’Europe. « Quelque chose ne fonctionne pas dans la gestion européenne des migrants », estime Giorgia Meloni, la présidente du Conseil des ministre d’Italie, après l’imbroglio de l’Ocean Viking.

La coupe est pleine. « Il ne faut pas politiser le sport […] Ces questions-là, il faut se les poser quand on attribue l’événement », défend Emmanuel Macron au sujet du Mondial de football au Qatar.

Il n’y a pas le feu au lac, ah bon ? « Nous devons drastiquement réduire les émissions maintenant et c’est une question à laquelle cette COP n’a pas répondu », regrette le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, après une COP 27 quasi inutile.

La cocotte-minute a explosé. « Il y en a marre des codes sanitaires […] Parti communiste chinois, retire-toi […] Xi Jinping, démissionne ! », pour les Chinois, trop c’est trop. C’est dire…

2023, jours heureux ? « C’est la fin d’un cycle libéral, la fin d’un cycle de mondialisation dominé par les États-Unis, la fin d’un cycle tout commerce. Et c’est vrai que le précédent cycle en Europe, c’était plutôt l’Allemagne, le vainqueur, parce qu’elle a cette industrie, ce génie du commerce. Le prochain (cycle), on peut penser qu’il sera beaucoup plus politique, que la France arrivera davantage à faire briller ses cuivres », François Lenglet, auteur de Rien ne va mais… l’année 2023 peut nous sauver.

Ps : Retrouvez notre best of annuel 2022 dans les kiosques fin décembre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.