La pandémie a redonné un mois de ressources à la planète

Temps de lecture estimé : 1 minute

Ça ne va pas durer. Sauf si…

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Notre confrère en positive attitude, PositivR, qui « déniche et partage chaque jour des initiatives positives, des causes inspirantes, des innovations prometteuses, des artistes talentueux et des actus dans l’air du temps », a remarqué que « pour la première fois depuis 50 ans, le jour du dépassement recule, et pas qu’un peu ».

C’est quoi, ce « jour du dépassement » ? Souvenez-vous, chaque année, on avance un peu plus le jour où l’humanité a dépensé l’ensemble des ressources que la Terre génère en un an. En 2019, on avait tout razzié le 19 juillet. Cette année, « grâce » à la pandémie, par la suspension du trafic aérien, la pause industrielle, la consommation moindre et le carburant resté dans les cuves, le jour du dépassement est repoussé au 22 août.

Le calcul est établi par l’ONG Global Footprint Network. Plus précisément, c’est « l’empreinte écologique qui dépasse la biocapacité de la planète », dixit le WWF. Par « empreinte écologique », entendre « la surface de la Terre utilisée par l’humanité pour pêcher, élever, cultiver, déboiser, construire et brûler des énergies fossiles ». Et la biocapacité égale « la surface de la planète nécessaire pour faire face à ces pressions. »

Le calendrier était jusqu’alors inexorable : en 1998, le « dépassement » était survenu le 30 septembre. En 2019, le 19 juillet. Soit 1,75 Terre pour subvenir aux besoins de la seule l’humanité.

Gagner un mois pour trois mois de rationnement de consommation folle ouvre à des perspectives qui ont de quoi rassurer : il ne s’agit pas de consommer beaucoup moins des années durant pour restaurer l’abondance naturelle. Sauf que, comme le souligne Mathis Wackernagel, le président du Global Footprint Network, ce jeûne imposé ne va pas durer. Tout montre que notre voracité va reprendre le dessus et que l’an prochain, sans doute, par rage de s’être privé, on dépassera les capacités terrestres, en mai peut-être ?

Il est des ramadans écologiques à inventer : chaque année, l’humanité se mettrait en pause un mois. Comme ça. Pour recharger les batteries biologiques de la Terre, si rajeunie quand on la laisse tranquille. Mais quelle force invincible, quel « dieu », quel démiurge, quelle raison impérieuse nous pousserait à tant de sagesse ?

Peut-être… un virus de quelques nanomètres ?

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Le doyen de la tribu. Ai connu la composition chaude avant de créer la 1re revue consacrée au Macintosh d'Apple (1985). Passé mon temps à créer ou reformuler des magazines, à écrire des livres et à en traduire d'autres. Ai enseigné le journalisme. Professe l'écriture inclusive à la grande fureur des tout contre. Observateur des mœurs politiques et du devenir d'un monde entré dans le grand réchauffement...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.