Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un nouveau succès pour le Rafale, désormais courtisé par l’Indonésie.

Le Rafale séduit, encore et toujours. Jeudi 10 février, le PDG de Dassault Aviation Éric Trappier a signé un contrat avec l’Air Vice Marshal Yusuf Jauhari, le chef de l’agence d’acquisition du ministère indonésien de la Défense, qui porte sur l’acquisition de 42 avions de combat français de dernière génération. L’accord s’est opéré en présence de Florence Parly, ministre de la Défense, et son homologue indonésien Probowo Subianto. Encore une bonne nouvelle pour le Rafale – et pour la France !  

« Je suis certain que le Rafale saura répondre aux besoins opérationnels de la force aérienne indonésienne en contribuant activement à la défense et à la souveraineté de la République d’Indonésie », se félicite Éric Trappier, de Dassault. L’entente se divise en deux étapes : d’abord un contrat signé pour acquérir 6 Rafale puis un accord ultérieur de 36 Rafale. Surprenant aussi puisque jamais l’Indonésie n’avait acheté d’avions de combat à la France. Jakarta chercherait à diversifier ses fournisseurs en raison des tensions présentes en Asie-Pacifique entre la Chine et les États-Unis.

« Une solution clé en main »

L’Indonésie devait renouveler ses avions de combat. Et pour cause, le pays ne dispose que d’un équipement vieillissant – composé principalement de F-16 américains et des Sukhoï russes Su-27 et Su-30. Sur le montant des 6 Rafale ? il reste imprécis mais le contrat a sans doute été financé par le ministère de la Défense indonésien sur un budget prévu pour l’achat de Sukhoï 35, soit près de 600 millions de dollars. Car cet accord avec les Russes n’était pas du tout du goût des Américains… les Indonésiens auraient pu être sanctionnés au titre de la loi CAATSA (Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act), qui punit les pays qui achètent des armements à la Russie.

L’acquisition des avions de combat français englobe une solution complète « clé en main ». Car en plus des Rafale, la Force Aérienne de l’armée nationale indonésienne bénéficiera d’un entraînement des équipages, d’un soutien logistique pour renforcer l’activité de plusieurs bases aériennes indonésiennes, et d’un centre d’entrainement composé de deux simulateurs de mission.

Nouveau succès pour Dassault

« L’Indonésie fait le choix de l’excellence industrielle française ! Le savoir-faire des plus de 400 entreprises françaises et des milliers de travailleurs qui conçoivent le Rafale est reconnu », n’a pas tardé à réagir le Président de la République Emmanuel Macron, sur Twitter. En outre 400 entreprises, derrière Dassault, se retrouvent impliquées dans cette production. De quoi donner un bon coup de punch’ à la filière aéronautique française. D’autant plus que pour certaines entreprises, face à la baisse du trafic aérien en pleine pandémie, les commandes militaires amortissent les pertes liées à la crise.

Pour l’entreprise Dassault, elle, on commence 2022 comme on a terminé 2021. L’an passé, le constructeur aéronautique a vendu 18 de ses appareils, dont 12 d’occasion, à la Grèce,  30 à l’Égypte et 12 d’occasion à la Croatie. Sans oublier, fin décembre, le méga contrat avec les Émirats arabes unis – avec une commande de 80 Rafale. Bref, après la terrible désillusion australienne, la France cherche à s’affirmer dans la zone Asie-Pacifique, objectif en très bonne voie.  GW

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.