Le retour en force de l’emploi cadre

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Selon l’Agence pour l’emploi des cadres (Apec), l’emploi des cadres a presque retrouvé son niveau d’avant crise.

Bonne nouvelle, le bilan chiffré de l’année 2021 fait état du rebond marqué de l’emploi des cadres. Avec près de 270 000 CDI ou CDD de plus d’un an enregistrés l’année dernière, les embauches de cadres atteignent presque leur niveau d’avant la crise de la covid. Seul hic : l’industrie reste à la traine et voit son niveau de recrutement rester très inférieur à celui de 2019.

Sacré rebond pour l’emploi des cadres, entre 2020 et 2021, avec un progrès de 18 % et 269 100 CDI ou CDD de plus d’un an supplémentaires, selon une étude de l’Apec. Auxquelles s’ajoutent environ 56 000 promotions internes à ce statut. Verdict : si les performances de 2021 n’auront finalement pas dépassé les 281 300 CDI et CDD de 2019, un record, la reprise est bien là. Mieux, le millésime 2021 s’est même achevé avec 63 500 postes de cadres de plus, contre 37 100 en 2020. Un total atteint après le retrait des 261 500 démissions, licenciements et départs à la retraite. Aussi, le rebond est supérieur aux prévisions de l’Apec, qui tablait sur 247 000 recrutements supplémentaires. Et le salaire médian des cadres s’élève à 51 000 euros brut par an, contre 50 000 en 2018,2019 et 2020.

« La situation a basculé à la mi-2021 avec l’amélioration de la conjoncture, commente Pierre Lamblin, directeur des études de l’Apec. Si l’on atteint quasiment le niveau de 2019, il n’y a pas d’effet rattrapage de l’année 2020, faible en recrutements. » Et pour cause, après les volumes records de 2019, l’emploi cadre avait connu un véritable « trou d’air » en 2020, avec seulement 228 700 recrutements (-19 %). Malgré ce bilan positif, l’Apec appelle déjà à la « prudence » pour 2022, une année « marquée d’ores et déjà par un retour de l’incertitude lié à la crise sanitaire et au contexte géopolitique ».

Rebond inégal selon les secteurs

Sur l’ensemble de l’année 2021, l’amélioration de l’emploi cadre est porté par trois secteurs moteurs : l’informatique (56 480 embauches, soit + 20 en un an), l’ingénierie R&D (36 140, +11 %) et les activités juridiques, comptables et conseils (25 760, +31 %). Toutefois, aucun de ces trois secteurs porteurs n’a dépassé son niveau d’avant crise, contrairement aux secteurs de la banque-assurance ou de la santé-action sociale. Une dynamique globale qui bénéficie particulièrement aux jeunes diplômés ayant moins de cinq ans d’expérience. « Dans un contexte de difficultés de recrutement, les entreprises ont dû s’adapter. Certaines ont choisi de recruter des cadres ayant moins d’expérience que prévu (40 %), une évolution qui a pu bénéficier aux jeunes diplômés », résume ainsi l’Apec.

En revanche, certains secteurs restent à la traine. À commencer par l’hôtellerie-restauration (ou la communication). Et d’autres baissent : -2 % pour les services, secteur le plus recruteur de cadres, -7 % pour le commerce, et chute de 16 % pour l’industrie, là encore par rapport à 2019. 33 000 recrutements de cadres ont eu lieu dans l’industrie en 2021, contre 39 400 en 2019 et 30 000 en 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.