L’arrêt d’Internet Explorer fait trembler le Japon

Temps de lecture estimé : 1 minute

Le navigateur créé par Microsoft en 1995 a fait officiellement ses adieux mercredi 15 juin. Là où le reste du monde s’y est bien adapté, le Japon, lui, n’était pas préparé.

« Entre tradition et modernité ». Cette phrase souvent utilisée pour décrire le Japon semble vraie en apparence, mais la réalité est tout autre. Faire adopter de nouvelles technologies aux Japonais·es n’est pas toujours facile. Beaucoup utilisent encore le fax. D’autres naviguent encore sur le Web avec… Internet Explorer. Bémol, Microsoft a décidé de mettre un terme au navigateur, et d’empêcher quiconque s’en servant d’accéder à Internet pour des raisons de sécurité.

Le monde entier était prévenu. Dès le mois de mai 2021, l’on savait qu’Internet Explorer serait inutilisable le 15 juin 2022. Mais certains pays ont mieux anticipé que d’autres. Les Japonais·es se sont obstinés à ne jurer que par Internet Explorer jusqu’au bout. Le bout du bout même. À Tokyo, l’entreprise Computer Engineering & Consulting (CEC) fait face à une multitude d’appels depuis quelques jours : « [Nos clients] connaissaient la date de fin, mais ils ont repoussé jusqu’à la dernière minute », révèle l’un des employés. D’après une étude menée en mars par l’entreprise de réseau Keyman’s Net, 49 % des employés de grandes entreprises japonaises utilisent toujours le navigateur historique pour diverses tâches comme la gestion de présence des employé·es, le décompte des coûts et d’autres outils internes aux entreprises. Dans certains cas, l’utilisation d’Internet Explorer reste obligatoire en raison d’outils de leurs clients.

Une part de marché à 0,6 % en mai 2022

Du côté du gouvernement, ce n’est pas mieux. Le site du Service national des pensions ne peut être visionné uniquement avec Internet Explorer, même aujourd’hui. Face à cette problématique, l’Agence d’État de promotion des technologies de l’information (IPA) a appelé toutes les organisations du Japon à mettre à jour leurs systèmes pour éviter les blocages et éventuelles cyberattaques.

Internet Explorer a été créé en 1995 pour créer une opposition à Netscape. Le navigateur de Microsoft témoignait d’une part de marché à 95 % entre 2002 et 2003. Après, surtout vers 2008, qui marque la sortie de Google Chrome, I.E. entame une chute lente… jusqu’à atteindre une part de marché de 0,6 % au mois de mai 2022, selon les chiffres du site Statcounter. Pour rappel, Chrome représente aujourd’hui le navigateur le plus utilisé au monde, avec une part de marché qui s’établit à 65 %.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.