Tour d'horizon de ce qui change en avril

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Prestations sociales qui augmentent, remise à la pompe, fin de la trêve hivernale… tour d’horizon.

Nous aurons peut-être, ce mois-ci, un nouveau président de la République en France. Mais avant cet éventuel changement, majeur, ce mois d’avril nous réserve quelques nouveautés qui auront un impact direct sur le budget des ménages. Comme la revalorisation du RSA – avant de le conditionner à un seuil minimum d’activité ? – l’envoi du chèque énergie, ou encore la fin de la trêve hivernale.

À partir du 1er avril, la plupart des prestations sociales (versées par les Caisses d’Allocation Familiale) vont augmenter. Plutôt logique au regard de l’inflation galopante, qui pourrait atteindre +4 % en mars, selon les estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Quelques exemples :

  • Le Revenu de solidarité active (RSA) s’élèvera ainsi à 575,52 euros pour une personne seule, soit une augmentation de 10,18 euros par rapport à 2021. Et 863,28 euros pour un couple sans enfant et 1 035,94 euros pour un couple avec enfant.
  • Hausse de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH), à 919,86 euros, soit +16,26 euros.
  • Hausse de la Prime d’activité, à 563,68 euros au maximum pour une personne seule (+9,97 euros).
  • Pour les allocations familiales: en métropole, pour une famille avec deux enfants aux ressources annuelles 2020 inférieures à 70 074  euros, elles s’élèveront à 134,46  euros par mois, soit 2 euros de plus, avec une majoration de 67,23 euros pour les enfants de plus de plus de 14 ans. Une famille avec trois enfants et des revenus jusqu’à 75 913 euros percevra 306,72 euros. Une famille de deux enfants avec des revenus compris entre 70 074 euros à 93 399 euros touchera 67,33 euros, et une même famille avec des revenus supérieurs à 93 399 euros percevra 33,62 euros par mois.

L’envoi du chèque énergie

Le Premier ministre Jean Castex l’avait promis le 12 mars. Depuis le 1er avril, une remise carburant permettra de soulager, quelque peu, le portefeuille des Français·es. Une remise à la pompe qui s’élèvera à 18 centimes au sein de l’hexagone, 17 centimes en Corse et 15 centimes dans les territoires d’Outre-mer. La mesure devrait coûter trois milliards d’euros et être conduite pour quatre mois. Pour rappel, seul le bioéthanol E85 n’est pas concerné.

Entre le 31 mars et le 1er avril, le chèque énergie – qui aide les ménages les plus modestes à payer leurs factures énergétiques – a déjà été envoyé pour 15 départements : Nord, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Eure-et-Loir, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Somme, Aisne, Oise, Isère, Corse, Gironde et Ardennes. Les ménages des autres territoires patienteront tout au long du mois d’avril pour recevoir leur chèque énergie, dont le montant s’étale de 48 à 277 euros par an, selon les ressources.

D’autres changements à noter en ce mois d’avril :

  • Fin de la trêve hivernale
  • Encadrement des loyers : les agences immobilières devront indiquer les loyers de référence
  • Fin des terrasses chauffées

Ps : en mai, le smic augmentera, lui aussi, automatiquement, entre 2,4 et 2,6 %…

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.