« L’autosolisme » concerne près de la moitié des déplacements en voiture

La majorité des trajets de moins de 100 km se fait par une personne seule. Un phénomène que le ministère appelle « autosolisme ».

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un rapport du ministère de la Transition écologique révèle que les Français n’ont toujours pas pris le pas du covoiturage. L’« autosolisme » persiste.

Les Français ne partagent pas beaucoup leurs véhicules. Dans ce nouveau rapport du service statistique du Commissariat général au développement durable, on apprend que malgré un taux d’occupation stable des voitures en France entre 2008 et 2019, la majorité des trajets de moins de 100 km se fait par une personne seule. Un phénomène que le ministère appelle « autosolisme ».

Les déplacements professionnels sont ceux pour lesquels le nombre de voyageurs dans un même véhicule est le plus faible. Pour un trajet local, le professionnel sera seul dans près de 90 % des cas, un peu moins de 70 % pour les trajets longue distance. Au contraire, les déplacements pour les loisirs, la culture ou les vacances, sont ceux où le véhicule est le plus partagé : 70 % des trajets de plus de 100 km sont faits à 3 ou plus, 60 % pour les trajets courts.

Une question économique

Questionnés sur le covoiturage, seulement 3 % des interrogés déclarent avoir covoituré dans l’année. Et dans 90 % des cas, pour des trajets de moins de 100 km, il est effectué sans contrepartie financière.

« L’autosolisme » concerne, avant tout, celles et ceux qui se trouvent dans une meilleure situation économique. Localement, 40 % des déplacements des ménages du premier quartile, soit les plus modestes, se font seuls. Pour les ménages les plus aisés (quatrième quartile), c’est près de 60 % des trajets courts qui sont effectués avec une seule personne dans la voiture. Cette tendance s’accentue sur les trajets longs, avec 61 % des trajets des ménages modestes qui s’effectuent à trois ou plus, contre 43 % pour les ménages du quatrième quartile. Plus on est riche, plus on voyage seul ?

Les femmes se déplacent peu seules

Parmi les autres détails notables du rapport, il y a l’aspect familial : plus d’un tiers des déplacements à plusieurs se déroulent en famille. Les individus d’une famille monoparentale ou d’un couple sans enfant prennent plus rarement la voiture seuls (autour de 40 % pour les deux).

Les femmes se déplacent moins seules en voiture : elles sont accompagnées pour 64 % de leurs trajets, contre 54 % pour les hommes. Quand elles le sont, elles sont les deux tiers du temps passagères. Cela peut être expliqué par une multitude de facteurs, comme un taux d’emploi plus faible, moins de déplacements professionnels en conséquence, une meilleure proximité avec le lieu de travail… donc, à l’arrivée, moins d’utilisation de la voiture.

Avec la crise de la covid-19 qui arrivera dans les statistiques l’année prochaine, le pourcentage de personnes qui prennent la voiture seules risquent de fortement grimper. Ce qui ne présage rien de bon pour la lutte contre le réchauffement climatique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.