Désinformation liée au réchauffement climatique : Google et YouTube durcissent le ton !

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 2’

Pour lutter contre la désinformation, Google et YouTube s’attaquent à tous les contenus qui soutiennent notamment l’idée que le réchauffement climatique n’existe pas.

« Des inondations en Allemagne, Belgique et même en France, des mégafeux qui ont ravagé des zones entières au sein de pays méditerranéens, des températures de 50 degrés enregistrées aux États-Unis ou au Canada. Le climat se dérègle, partout », relatons-nous dans notre n°0 de greenID. Malgré tout, on trouve encore aujourd’hui des personnes dites « climato-sceptiques ». Ces mêmes individus qui peuvent user de désinformation sur le Web et bénéficier en parallèle de recettes publicitaires. Jeudi 7 octobre, Google et son service de vidéos, YouTube, ont enfin décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Explications.

Toutes les publicités et la monétisation des contenus qui « contredisent le consensus scientifique bien établi autour de l’existence et des causes du changement climatique » seront désormais interdites. Une nouvelle étape pour Google. Le groupe californien avait déjà restreint la publicité adossée à d’autres sujets – les vidéos sur les armes à feu ou les événements tragiques. Jamais il ne l’avait fait pour un thème qui touche au climat.

Lutter contre la désinformation climatique
L’objectif ne tend pas simplement à bannir les publicités trompeuses ou mensongères, il vise aussi à couper les vivres aux créateur·rices de contenus – qui appartiennent au mouvement des climato-sceptiques, puisque la plate-forme empêche ces minorités de récolter des recettes liées à la publicité. « Les annonceurs ne veulent tout simplement pas que leurs pubs apparaissent à côté de ce genre de contenus. Et les éditeurs et créateurs ne veulent pas d’annonces qui font valoir ces affirmations sur leurs pages ou vidéos », tranche Google.

Dans les faits, Google et YouTube s’attaquent à tous les messages qui soutiennent l’idée que le réchauffement climatique n’existe pas. En plus des contenus qui jugent que ce réchauffement relève de l’affabulation ou de l’arnaque. Le règlement entrera en vigueur a priori en novembre.

Acte volontaire ou pression insoutenable ?
Difficile de trancher sur les motivations de Google et son service de vidéos YouTube qui les poussent à lutter contre la désinformation climatique. Une chose est sûre, la pression se faisait grandissante. Souvenez-vous en janvier 2020, une ONG américaine – Avaaz – avait accusé YouTube d’orienter des millions d’usager·ères vers des vidéos qui niaient le changement climatique. La plate-forme se trouvait à l’époque impuissante pour interdire ce type de contenus tant qu’elle ne constatait pas la violation des règles en vigueur. La donne changera. Une nécessité pour Fadi Quran, un directeur d’Avaaz : « La décision importante de Google de démonétiser la désinformation climatique pourrait inverser le cours de l’économie du climato-scepticisme. »

Surtout, le réchauffement climatique inquiète la population et notamment les jeunes. Ce sujet débouche sur de l’éco-anxiété et de la détresse psychologique au sein des jeunes générations. C’est en tout cas le constat d’une étude menée par des chercheur·ses de l’université britannique de Bath et financée par l’ONG Avaaz. Pour 75 % des jeunes – 10 000 interrogés dans le monde entier – « l’avenir est effrayant » et 60 % sont « très » ou « extrêmement » inquiets à propos du changement climatique. Enfin, 58 % des jeunes sondés considèrent que les gouvernements les trahissent sur cette cause. Trahison à l’encontre non seulement des jeunes d’aujourd’hui mais aussi des générations futures… GW

Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.