La BEI s’engage pour le climat

La transition écologique globale est encore loin. Mais les engagements internationaux en ce sens se multiplient, notamment à l’échelle européenne. La Banque européenne d’investissement (BEI), bras armé financier de l’Union européenne, a pris un tournant historique en adoptant le 14 novembre une nouvelle politique de prêt qui prévoit la fin des financements des énergies fossiles d’ici à 2022, le gaz compris. Un désengagement qui prolonge les investissements de 2018 (4,1 milliards d’euros dans les énergies renouvelables et 6 milliards dans le transport bas carbone). Et un pas historique pour le premier prêteur multilatéral du monde, dans le droit fil de la proposition d’Emmanuel Macron formulée en début d’année : créer une banque du développement durable. Si l’engagement prendra effet en 2022, la BEI lance la transition : 1 000 milliards d’euros débloqués sur dix ans pour investir pour le développement durable. Un euro sur deux investi par la BEI d’ici à 2025 sera dédié à des projets environnementaux (25 % aujourd’hui).

Suffisant pour lancer une véritable dynamique durable ? Un organe financier de l’UE montre la voie, reste désormais à la Commission européenne d’engager des politiques climatiques à la hauteur des enjeux.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.