Un algorithme pour prévoir la date de sa mort !

Des chercheurs de Stanford, aux Etats-Unis, ont élaboré un algorithme d’intelligence artificielle (IA) qui permet de prédire avec 90 % de réussite le moment où les personnes, pour lesquelles on dispose d’un dossier médical précis, mourront. La grande faucheuse serait-elle en passe de perdre son caractère indéterminé, modifiant ainsi notre condition humaine ? Les universitaires ont en fait répondu une demande des services de soins en fin de vie de l’hôpital de Stanford. Ceux-ci voulaient savoir quand transférer les personnes âgées et très malades en soins palliatifs plutôt que de leur faire subir un acharnement thérapeutique. Le but ? Pouvoir se concentrer sur la réduction de la douleur et apporter aux patients un soin moral et psychologique en les préparant à la mort. S’ils sont transférés trop tard, ils passent à côté de ces soins spécifiques – trop tôt ils occasionnent un coût démesuré pour le système. L’algorithme emploie le deep learning, soit la capacité d’une IA à apprendre à partir d’une masse de données informatiques. Après avoir nourri le programme de plus de 2 millions de data (diagnostics, nombres de scanners effectués, de jours d’hospitalisation, de médicaments prescrits…), les chercheurs ont identifié 200 000 patients adaptés au projet. Sur 160 000 d’entre eux, le programme a affiné ses compétences, pour les tester ensuite sur les 40 000 restants. Résultat : dans neuf cas sur dix, l’algorithme a prédit avec succès la mortalité des patients en annonçant quand ils décèderaient, dans trois, six, neuf ou douze mois… L’adoption du dossier médical informatisé et les besoins croissants de tout anticiper par les statistiques laissent entrevoir une généralisation. Et si chacun pouvait connaître précisément son espérance de vie, selon ses caractéristiques ? Les comportements et pensées ne seraient certainement plus les mêmes…

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.