Innover avec le low cost

Le terme a mauvaise presse et sous-entendrait presque une qualité moindre aujourd›hui, parce que tous les coûts auraient été rognés au maximum. Milena Klasing Chen, chef de projet en conception innovante à la SNCF, qui a fait sa thèse CIFRE au Centre de gestion scientifique (Mines ParisTech) et à la RATP sur la conception d’offres de mobilité low cost innovantes, démontre dans son ouvrage (1) que là n’est pas la question, en s’intéressant spécifiquement aux transports publics. Les produits et services «low cost» sont montés en puissance depuis une dizaine d’années, mais la question de leur développement par les entreprises est restée assez peu abordée. Cet ouvrage mobilise les théories de la conception pour contribuer à une meilleure compréhension du «low cost» comme objectif d›innovation, et propose des modèles de conception de produits industriels sur cette approche. Basé sur l›analyse de 50 produits «low cost» et deux études de cas industriels, il propose un modèle distinguant deux logiques de conception : le «low cost» adapté et le «low cost» innovant. A travers une étude effectuée dans le secteur du transport public urbain, les possibilités ouvertes par le «low cost» innovant pour renouveler l›identité d›objets stabilisés sont décrites. Cette étude, dans un secteur pourtant très contraint, montre comment re-légitimer le «low cost» et l›utiliser comme catalyseur d›une stratégie d›innovation fédératrice. L›étude de cette industrie, où la valeur repose sur un réseau complexe d›acteurs, a souligné combien la conception «low cost» aide à surmonter des obstacles : l›identité des objets se renouvèle par de nouveaux partenariats et le «low cost» conduit les entreprises à redéfinir et reconfigurer leur écosystème ainsi que leur processus de création de valeur. Le «low cost» peut donc faire l›objet d›une stratégie de conception spécifique, permettant la régénération de l›espace de conception jusque dans les industries organisées en réseau complexe de valeur.

(1) «Innover avec le low cost», de Milena Klasing Chen, éd. Presses des Mines – Transvalor, 2017.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici