Le fait religieux en entreprise, un état des lieux

Seul Dieu peut sonder les cœurs et les reins, mettre à l’épreuve la foi du croyant. Dans l’entreprise, la croyance religieuse et son expression doivent tenir compte du cadre de vie en collectivité. Un sondage Harris Interactive, publié le 2 février dernier, souligne que l’initiative des salariés, le coworking, les échanges oraux et écrits tendent à se multiplier grâce à la gestion moderne des entreprises. Dans un contexte où le collaboratif, l’échange et le partage se déploient, des problèmes se posent quant à l’expression du fait religieux. La croyance religieuse peut-elle influencer les choix, les options, les décisions des collaborateurs ? Remet-elle en cause la neutralité de l’entreprise ? Près d’une entreprise sur cinq est confrontée à des problèmes ou à des demandes particulières qui ont trait à la croyance religieuse. 53 % des dirigeants interrogés font état de demandes de congés liés à des fêtes religieuses qui ne correspondent pas à des jours fériés. Des sollicitations d’adaptation des horaires de travail, notamment pour prier, voient également le jour (48 %). Les dirigeants interrogés affirment, à hauteur de 27 %, que certains salariés refusent de serrer la main à une personne de l’autre sexe. Majoritairement, les dirigeants ne sont pas favorables à l’idée de laisser une trop grande place au fait religieux dans leur entreprise. 88 % d’entre eux refuseraient par exemple de créer un espace dédié à la prière. En un mot, les manifestations religieuses sont acceptées dans l’entreprise si elles restent à la discrétion du seul salarié et n’impliquent pas de répercussions sur les autres. Laïcité, j’écris ton nom…

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.