Le groupement d’entreprises : la panacée pour les PME ?

La petite entreprise affronte souvent les grands groupes dans un combat semblable à celui de David contre Goliath à l’issue duquel elle n’est pas assurée de sortir victorieuse. De la même manière qu’on pense mieux à plusieurs (« Frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui », selon le mot de Montaigne), il est possible de créer des réseaux d’entreprises alliées pour se multiplier par soi-même au contact des autres. Selon une enquête de Symbiose-Filiale de PME Centrale, 95% des entreprises du secteur marchand sont des PME de moins de dix salariés. La seule solution pour avoir une visibilité satisfaisante semble être le groupement de vente sur le modèle des coopératives agricoles. Le groupement permet à la PME de rester PME, tout en accédant à une échelle de prospection et de distribution bien plus grande. Se grouper, c’est avant tout créer une communauté. Si l’aspect économique est important puisqu’il s’agit de vendre ensemble, les valeurs et les engagements des membres du groupement sont primordiaux pour que naisse une nouvelle forme d’économie collaborative. « La petite entreprise connaît (pas) la crise. »

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici