Industrie du futur et ingénierie 2.0

Moderniser l’outil industriel de la France. Transformer le modèle économique de l’industrie par le numérique. Rendre l’usine intelligente. Tels semblent être les grands piliers qui soutiennent le projet gouvernemental de La Nouvelle France Industrielle. Pour cela, il s’agit de mettre en place l’Industrie du futur qui repose sur les acquis du plan Usine du futur. En 2018, 45% des dirigeants de PMI du secteur industriel prévoient de recruter en moyenne deux salariés (selon une étude publiée par SYLOB et OpinionWay). Plus que des commerciaux, des cadres ou des ingénieurs, ce sont d’abord les ouvriers et les techniciens que les entreprises cherchent à recruter. Ces emplois nécessitent des compétences très techniques et une spécialisation dans l’ingénierie 2.0. Le secteur industriel peine malgré tout à recruter une main d’œuvre qualifiée, surtout chez les jeunes qui délaissent encore trop souvent le travail manuel. L’avènement de l’usine du futur avec ses robots et ses imprimantes 3D contribue à faire évoluer les mentalités. Mais, la transformation digitale de l’entreprise ne rime pas avec la dématérialisation ou l’évaporation des moyens de production. Il y aura toujours une usine, abritée dans un bâtiment situé dans une zone industrielle. Or, les métiers traditionnels de l’industrie (chaudronnier, soudeur, fraiseur…) qui permettent la modernisation de l’outil de production souffrent d’une véritable pénurie de candidats. L’industrie du futur implique donc également une refonte de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici