Les licornes, nouvelle bulle financière ?

Une étude publiée par deux chercheurs venant l’un de Stanford, et l’autre de Colombie britannique, montre qu’une licorne sur deux serait en fait surévaluée. Censée dépasser un milliard de dollars de valorisation, la valeur réelle de ces sociétés serait en fait bien inférieure. Les chercheurs ont pour cela analysé 116 licornes (sur les 200 dans le monde), et ont constaté que ces sociétés émettent en moyenne huit types différents d’actions au cours de leur existence (actions pour les fondateurs, pour les employés, les fonds d’investissement ou encore les fonds souverains…). Un chiffre élevé qui remet en cause la méthode de calcul pour leur valorisation, celle utilisée considérant que toutes les actions ont la même valeur, méthode usitée pour les entreprises traditionnelles, plus raisonnables sur les émissions d’actions, mais qui, sur les licornes ne sont pas utilisables, d’après les chercheurs. Ils estiment, en effet, que la survalorisation serait de 48% en moyenne, et atteindrait même 100% pour certaines d’entre elles. Un risque de bulle plus faible en Europe qu’aux Etats-Unis, du fait d’un écosystème moins développé.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici