Un entrepreneur qui a su tirer les cartes !

Alors que les jeux de cartes existent en France depuis la monarchie, qui aurait cru que nous devions les cartes que nous utilisons aujourd’hui à une entreprise qui a près de 170 ans ? L’histoire de la maison Baptiste-Paul Grimaud démarre réellement en 1851, le jour où l’entrepreneur acquiert le fonds de l’atelier de cartes à jouer du marchand-cartier Arnoult à Paris, ainsi que les droits sur un brevet pour la fabrication de cartes opaques. A l’époque, il nomme l’entreprise Grimaud et Cie. Une des premières mesures du fondateur sera d’instaurer le portrait réversible sur celles-ci, afin qu’elles puissent être lues dans les deux sens ; il rendra également ces dernières opaques grâce au brevet acquis, facilitant ainsi la stratégie dans les jeux. C’est à la maison Grimaud, également, que nous devons les coins ronds sur les cartes ; dès 1858 l’entreprise ajoute une opération supplémentaire à la création de ses cartes afin de garantir aux usagers une plus grande longévité de celles-ci.

En 1872, la maison se met à imprimer ses cartes, jusque-là faites à la main, avant de passer à la presse rotative au début des années 1880. Cartes que l’entreprise recouvrira ensuite d’un vernis propre à partir de 1890 afin de les rendre plus fermes et moins salissantes. Toujours soucieux de tirer parti de la technologie qui ne cesse d’évoluer, la maison Grimaud met en place un « système de mise en paquet automatique des cartes à jouer », une fois la découpe effectuée. Mais au-delà de l’innovation dont a su faire preuve cette entreprise, la maison Grimaud s’est imposée grâce à ses inventions originales, comme le Tarot Nouveau, le Tarot de Marseille ou encore les jeux de fantaisie. Aujourd’hui, sous la houlette du groupe Cartamundi, l’entreprise exerce une situation de quasi-monopole dans l’Hexagone.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici